La caricature catalane de Manuel Valls... pas si caricaturale ?

·1 min de lecture
La caricature catalane de Manuel Valls... pas si caricaturale ?
Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

PARODIE - En abandonnant son siège de conseiller municipal de Barcelone, Manuel Valls laisse derrière lui un petit bijou. Son passage, assez bref, dans la vie politique catalane a en effet inspiré un hommage, assez remarquable, à la principale chaîne publique régionale,TV3. C’est en apothéose que la célèbre émission satirique “Polònia” a conclu ce jeudi 27 mai sa série de sketches entamée en 2018 à l’annonce de son parachutage sur la Catalogne, parodiant l’ancien Premier français.

La clip posté sur Twitter a dépassé le million de vues en à peine 24 heures, mais il n’a pas fait rire du tout le principal intéressé.

Cette parodie, décryptée dans la vidéo en tête d’article, montre un acteur grimé en Manuel Valls dansant et chantant dans les rues de Barcelone sur l’air de “Moi... Lolita”, interprété à l’origine par Alizée et écrit par Mylène Farmer. Les paroles, en catalan, se moquent de l’immersion dans la vie publique locale de l’homme politique, tout en dressant un bilan peu glorieux de son action. Fil rouge de la parodie : la méconnaissance supposée de la ville natale de Manuel Valls qui confond le nom des lieux et des spécialités locales.

Valls et “les clichés éloignés du quotidien”

Un “Rendez-vous en terre inconnue” déjà moqué par les internautes quand, au début de sa campagne électorale, le candidat du parti de centre droit Ciudadanos s’affichait dans les lieux touristiques de la capitale catalane en postant des “clichés bien éloignés du quotidien” des Barcelona...

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles