La candidature de Bernie Sanders s'arrête avec le coronavirus, mais pas sa force de frappe

Le coronavirus a peut-être achevé la candidature de Sanders, mais pas sa force de frappe (photo d'illustration)

PRÉSIDENTIELLE AMÉRICAINE - C’est une fois de plus la fin amère d’une aventure qui semblait bien partie. Pour la deuxième fois de sa carrière, Bernie Sanders a annoncé ce mercredi 8 avril abandonner la course à l’élection présidentielle américaine.

Après s’être incliné face à Hillary Clinton en juin 2016 après des primaires démocrates étonnement serrées, le sénateur du Vermont qui avait si bien commencé 2020 a reconnu ce mercredi que “le chemin vers la victoire est virtuellement impossible avec environ 300 délégués de retard sur le vice-président Biden”. “Je félicite aujourd’hui Joe Biden, un homme vraiment décent (...) qui sera le candidat du parti”.

Bernie Sanders ne compte cependant pas disparaître de la bataille et laisser la voie totalement libre à son adversaire démocrate. “Si notre campagne touche à sa fin, ce n’est pas le cas de notre mouvement”, a-t-il prévenu dans une conférence diffusée en direct sur les réseaux sociaux. “Le combat continue”.

Campagne paralysée

Si l’on peut voir plusieurs raisons derrière l’échec de la candidature de Bernie Sanders, nul doute que l’épidémie liée au coronavirus est venue mettre le dernier clou dans le cercueil. Après une série de victoires en février qui lui avaient ouvert une autoroute en direction de la nomination démocrate, le sénateur s’est pris les pieds dans le tapis et Joe Biden en a profité pour faire un retour miraculeux grâce au Super Tuesday.

Même si brutalement le sénateur du Vermont s’est mis à accumuler du retard, il n’en espérait pas moins revenir en force. Le 10 mars, l’augmentation du nombre de malades du Covid-19 a cependant figé les primaires: Bernie Sanders et Joe Biden ont annulé leurs grands meetings, puis se sont confinés chez eux avant qu’une quinzaine de primaires ne soient reportées. Le compte à rebours vers la nomination a ainsi continué de filer, mais la campagne s’est paralysée et l’écart entre les deux candidats a stagné. 

Sanders a eu beau mieux gérer sa présence en ligne que Biden, impossible...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post