La boîte noire de l'avion russe abattu par Ankara inexploitable

Sergueï Baïnetov (à droite) et Nikolaï Primak, deux responsables de la sécurité des vols au sein des forces aériennes russes. La boîte noire du chasseur-bombardier russe abattu le 24 novembre par la Turquie, ont-ils dit lundi, est trop endommagée pour être exploitable. /Photo prise le 21 décembre 2015/REUTERS/Maxim Shemetov (Reuters)

MOSCOU (Reuters) - La boîte noire du chasseur-bombardier russe abattu le 24 novembre par la Turquie est trop endommagée pour être exploitée, ont déclaré lundi les enquêteurs russes. La Russie espérait que cet enregistreur de vol, ouvert vendredi dernier en direct devant les caméras de télévision, permettrait de démontrer que l'avion n'avait pas pénétré dans l'espace aérien de la Turquie lorsqu'il a été abattu près de la frontière avec la Syrie. "La récupération d'informations et la lecture des données de vol (...) se sont révélées impossibles en raison des dégâts internes", a déclaré Sergueï Baïnetov, vice-responsable de la sécurité des vols au sein des forces aériennes de Russie. Il a précisé que 13 des 16 puces informatiques contenues dans la boîte noire avaient été détruites et que les autres étaient endommagées. La Russie va désormais solliciter l'aide de spécialistes et il faudra "beaucoup de temps" avant d'espérer une percée dans l'enquête, a ajouté Sergueï Baïnetov. Cet incident a provoqué de vives tensions entre la Russie et la Turquie, pays membre de l'Otan. Moscou affirme que l'appareil, un SU-24, n'a pas quitté l'espace aérien de la Syrie, où la Russie dit bombarder des rebelles islamistes, et ne représentait pas une menace pour la Turquie. Ankara assure que l'avion est entré dans son espace aérien et a ignoré de multiples avertissements. (Dmitry Solovyov; Bertrand Boucey pour le service français, édité par Danielle Rouquié)