Laïcité : un amendement sur la neutralité des collaborateurs occasionnels du service public rejeté

·1 min de lecture

Le principal amendement déposé par le député François Cormier-Bouligeon pour étendre la neutralité aux collaborateurs occasionnels du service public a été rejeté.

Une nouvelle preuve des divergences qui animent le groupe La République En Marche (LREM) ? Le principal amendement déposé par le député du Cher François Cormier-Bouligeon pour étendre la neutralité aux collaborateurs occasionnels du service public dans le cadre du projet de loi sur le séparatisme a été rejeté, a appris Marianne.La proposition du député a fait l'objet de vives discussions au sein de la Commission spéciale chargée d'examiner le projet de loi confortant le respect des principes de la République. "L'amendement a beaucoup monopolisé la séance d'hier, de minuit à une heure du matin" explique à Marianne François Cormier-Bouligeon. "Nous avons eu des échanges nourris mais pas totalement satisfaisants." "Il y a un dialogue de sourds, certains assuraient que l'amendement ne visait que le voile, alors même que ce n'est pas le cas" déplore l'élu.Un amendement pour les jurés d'assises ou les accompagnatrices de sorties scolairesL'article 1 du projet de loi confortant le respect des principes de la République prévoit d'imposer la neutralité aux salariés des organismes publics et privés délégataires d’une mission de service public. L'amendement de François Cormier-Bouligeon proposait d'étendre cette exigence aux collaborateurs occasionnels du service public, qu'il définit "comme toute personne qui...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Bientôt un scooter gonflable pour les moins de 80 kg

1939 : il y a 80 ans, les masques obligatoires

Selon l'ONU, 80 millions de personnes ont été déplacées par les conflits dans le monde en 2019, un record

"Meurtres à White House Farm" : le docu-fiction sur l'une des plus sordides affaires des années 80

"80% de mes contrats sont tombés" : Bastien, gérant d'une boîte de sécurité privée, victime collatérale du Covid-19