L'aéroport d'Odessa touché, appel Macron-Zelensky... Le point au 66e jour de la guerre en Ukraine

Des soldats ukrainiens lors d'un exercice militaire, samedi 30 avril 2022, à proximité de Kharkiv. - Sergey Bobok - AFP
Des soldats ukrainiens lors d'un exercice militaire, samedi 30 avril 2022, à proximité de Kharkiv. - Sergey Bobok - AFP

Au 66e jour de l'invasion russe en Ukraine, les pilonnages de l'armée russe ne faiblissent pas. Dans l'est du pays, où la quasi-totalité des troupes russes ont été redéployées, l'armée de Moscou avance au coup par coup, tandis que les soldats ukrainiens continuent leur résistance, épaulés par de nouvelles livraisons d'armes de l'Occident.

Voici, en résumé, le point sur ce nouveau jour de conflit.

• L'avancée russe et la stratégie du grignotage

Sur le terrain, les forces russes maintiennent la pression en particulier autour de Khrarkiv et des régions du sud et de l'est de l'Ukraine. De violentes explosions ont d'ailleurs été entendues dans la nuit de vendredi à samedi dans la deuxième ville du pays, pilonnée depuis des semaines par l'artillerie.

Pour autant, et malgré la réorientation stratégique opérée début avril et une supériorité numérique, l'armée russe peine à avancer et est passée de la stratégie du rouleau compresseur à celle d'un patient grignotage, auquel les forces de Kiev ne peuvent à ce stade que difficilement s'opposer.

La Russie semble pourtant loin de la victoire rapide souhaitée, selon des analystes, par son président Vladimir Poutine pour le 9 mai, commémoration de la victoire sur les nazis en 1945 et date très importante en Russie.

• L'aéroport d'Odessa touché par une frappe russe

Les opérations russes reprennent hors du front de l'est de l'Ukraine. Ce samedi, l'aéroport d'Odessa, ville portuaire majeure, a été touché par une frappe russe qui a détruit la piste, sans faire de victimes, a annoncé le gouverneur de la région Maxim Martchenko.

"Aujourd'hui, l'ennemi a frappé depuis la Crimée par un système de missile de défense côtière Bastion. La piste de l'aéroport d'Odessa a été détruite. Dieu merci, il n'y a pas eu de victimes", a déclaré le gouverneur dans une vidéo sur son compte Telegram.

Huit personnes ont été tuées dans des frappes russes il y a une semaine sur la ville historique d'Odessa de près d'un million d'habitants, jusqu'ici relativement épargnée par les combats.

• Appel fructueux entre Macron et Zelensky

Au cours d’un appel téléphonique organisé à la mi-journée entre Emmanuel Macron et Volodymyr Zelensky, le président français a promis à son homologue ukrainien de "renforcer" l'aide militaire et humanitaire en faveur de Kiev. Dans un message publié sur Twitter quelques minutes plus tard, le président français a confirmé que "notre appui en matériel militaire se poursuivra, notre aide humanitaire aussi avec déjà plus de 615 tonnes d’équipements acheminé".

Une semaine après sa réélection, Emmanuel Macron a également exprimé sa "vive inquiétude" concernant la poursuite des bombardements russes en Ukraine ainsi que sa volonté de permettre à Kiev de retrouver l’intégralité de sa souveraineté, a appris BFMTV auprès de l'Élysée.

Au terme de cet échange, Volodymyr Zelensky a également réagi, se disant "reconnaissant pour l'aide humanitaire française" et saluant "le dialogue continu" avec son homologue. Il a par ailleurs assuré avoir échangé avec son homologue français concernant "le chemin de l'Ukraine vers l'adhésion à l'UE".

• Lavrov appelle à cesser la livraison d'armes

Moscou poursuit ses menaces. Deux jours après la prise de parole remarquée de Vladimir Poutine, c'est ce samedi le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, qui a exhorté l'Otan et les États-Unis à cesser de livrer des armes à Kiev, s'ils "sont vraiment intéressés à résoudre la crise ukrainienne". Dans une interview publiée samedi par l'agence officielle Chine nouvelle, celui-ci a affirmé que l'offensive russe en Ukraine se déroule "conformément aux plans".

"Un flux continu d'armes en tout genre est entré en Ukraine à travers la Pologne et d'autres pays de l'Otan", a déclaré Sergueï Lavrov.

"Si les États-Unis et l'Otan sont vraiment intéressés à résoudre la crise ukrainienne, alors avant tout, ils doivent se réveiller et arrêter de livrer des armes et des munitions au régime de Kiev", a ajouté le chef de la diplomatie russe. 876450610001_6305449787112

• Trois corps entravés retrouvés à Boutcha

L'horreur se poursuit à Boucha. Dans cette commune située à quelques kilomètres de Kiev, les corps enterrés, les mains liées et les yeux bandés, de trois hommes ont été retrouvés dans une fosse.

"Les victimes ont été torturées pendant longtemps (...) Finalement, chacun d'eux a reçu une balle dans la tempe", a indiqué dans un communiqué le chef de la police de Kiev, Andriï Nebytov. "Les victimes avaient les mains liées, des vêtements autour du visage pour qu'ils ne voient rien et certains avaient des bâillons dans la bouche", a-t-il ajouté.

Courant avril, à la faveur du départ de l'armée russe de la région de Kiev, de nombreuses atrocités avaient été découvertes dont plusieurs corps de civils tués par l'armée de Moscou. A ce sujet, des "preuves irréfutables" pèsent contre les dix militaires russes inculpés pour les crimes commis à Boutcha, annonce ce samedi le procureur de la ville, sur BFMTV.

876450610001_6305449267112

• 14 Ukrainiens, dont une femme enceinte, libérés

Les échanges de prisonniers se poursuivent entre les deux pays. Ce samedi, 14 Ukrainiens, dont une femme enceinte, ont été libérés contre des prisonniers russes, a annoncé Kiev, sans, comme d'ordinaire, révéler le nombre de Russes qui ont été remis à Moscou.

"Aujourd'hui, on a procédé à un nouvel échange de prisonniers. Quatorze des nôtres reviennent chez eux, sept militaires et sept civils. Une des femmes militaires est enceinte de cinq mois", a déclaré la vice-Première ministre ukrainienne, Iryna Verechtchouk, sur Telegram. Dans une interview à la BBC vendredi, cette dernière avait accusé la Russie d'avoir "déporté" un grand nombre de civils à travers la frontière et de les utiliser comme "otages".

Plusieurs échanges de prisonniers ont eu lieu entre Kiev et Moscou depuis l'invasion de l'Ukraine par la Russie lancée le 24 février dernier.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles