"Il ne s'agit pas d'être pour ou contre l'aérien": après la polémique, la maire EELV de Poitiers s'explique

Samuel Kahn
·2 min de lecture
La maire EELV de Poitier Léonore Moncond'huy a décidé de supprimer les subventions accordées aux sports mécaniques. - DR Twitter @L_Moncondhuy
La maire EELV de Poitier Léonore Moncond'huy a décidé de supprimer les subventions accordées aux sports mécaniques. - DR Twitter @L_Moncondhuy

Ce sont des propos exprimés lundi lors du conseil municipale de Poitiers qui font polémique ce week-end, jusqu'au sein du gouvernement. La maire Europe écologie - Les Verts (EELV) de la ville Léonore Moncond'huy a décidé de supprimer les subventions municipales accordées à deux aéro-clubs en vertu de son opposition aux sports motorisés. Cela lui a attiré les critiques de l'opposition, qui a mis en avant l'intérêt de ces associations pour les jeunes publics.

"L'aérien ne doit plus faire partie des rêves d'enfant", a répondu Léonore Moncond'huy. Des propos qui ne passent pas pour le ministre délégué aux Transports Jean-Baptiste Djebbari – pilote de métier – qui a critiqué vendredi soir des "élucubrations autoritaires et moribondes".

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

"Rêver est un bonheur et une liberté intime. Laissez nous rêver madame", a également rétorqué Geneviève Darrieussecq, la ministre déléguée aux Armées, chargée de la mémoire des anciens combattants.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Les maires écologistes critiqués

Cette passe d'armes n'est que la dernière d'une série qui a opposé des maires écologistes au reste du monde politique. En novembre dernier, le maire de Lyon Grégory Doucet a critiqué le Tour de France, un événement "machiste et polluant" selon lui, ce qui lui a attiré les critiques du secteur sportif et de la droite, ainsi que de la majorité.

Quelques jours plus tard, la décision du maire EELV de Bordeaux Pierre Hurmic de ne pas installer de sapin de Noël pour les fêtes lui a également valu une volée de bois vert, et des doutes jusque dans ses propres rangs. Le député écolo Matthieu Orphelin l'a ainsi mis en garde contre les "mauvais symboles" et les maladresses de communication.

Moncond'huy persiste mais s'explique

Dans une vidéo diffusée sur Twitter, Léonore Moncond'huy a tenté d'expliquer sa décision, affirmant qu'il "ne s'agit pas d'être pour ou contre l'aérien en soi".

"Il ne s'agit pas non plus d'être pour ou contre les aéroclubs. Il s'agit encore moins d'être pour ou contre les personnes qui s'y engagent. Il s'agit de dire qu'aujourd'hui, l'argent public ne doit plus financer, encourager les activités qui sont fondées sur la consommation de ressources épuisables", y déclare la maire de Poitiers.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Et l'édile d'ajouter que les "sports motorisés" font partie de ces activités, visées par les élus écologistes durant leur campagne des municipales en 2020.

"L'écologie, c'est pas une question de noir ou blanc, c'est une question de priorisation, c'est une question de sobriété: de quoi avons nous vraiment besoin. Et il ne s'agit pas non plus de remettre en question les grands imaginaires qui ont structuré le XXe siècle", assure-t-elle.

Article original publié sur BFMTV.com