L214 épingle un élevage sordide de poules pondeuses dans l’Oise

·2 min de lecture

Âmes sensibles s’abstenir. L214 diffuse une nouvelle vidéo réalisée dans un élevage intensif de poules pondeuses situé dans l’Oise. Les conditions d’hygiène et de vie des animaux sont si déplorables que l’association demande la fermeture d’urgence de l’établissement.

Des cadavres d’animaux, des rideaux de toiles d’araignée, des couches de crasse qui s’accumule… On pourrait se croire dans un mauvais film d’Halloween. Sauf que les images diffusées aujourd’hui par L214 ne sont pas issues d’une série B. Elles ont été tournées entre fin septembre et mi-octobre au cœur d’un élevage intensif de 200 000 poules pondeuses à Chambly, dans l’Oise. L’exploitation produit et commercialise des œufs bruns et blancs, « destinés aux petites, moyennes et grandes surfaces, épiceries, boulangeries, volaillers, restaurateurs et particuliers. »

Lire aussi :Lagardère Travel Retail n’utilisera plus d’œufs de batterie

Voir la vidéo (attention des images peuvent choquer)

Chaque scène de la vidéo est abjecte. Dans un premier bâtiment insalubre, les volatiles –nombreux sont déplumés- sont entassés dans des cages empilées à perte de vue et peuvent à peine se mouvoir. Ils ne verront jamais la lumière du jour. Sur le sol grillagé, un misérable bout de plastique est censé leur permettre de gratter, picorer. Les poules mortes qui n’ont pas été ramassées se décomposent au milieu des vivantes. Zoom ensuite dans un second bâtiment où les conditions de vie sont tout aussi inacceptables. Les gallinacés ne peuvent même pas se redresser sur la barre métallique qui leur sert de perchoir. « Ici, aucun nid rudimentaire n’a été aménagé comme l’exige la réglementation depuis 2012, constate Sébastien Arsac, cofondateur et porte-parole de L214. Et quand on parle de nid dans l’industrie, ce n’est pas le cocon de paille de l’imaginaire collectif, mais un simple espace séparé, le plus souvent constitué par des lanières de plastique accrochées au plafond des cages. » Partout dans l’élevage, des fientes, des souris mortes et des(...)


Lire la suite sur Paris Match