«Si l’usine U.S. Steel mène à son terme sa décarbonation, la Slovaquie remplira ses objectifs fixés pour 2030»

Dans sa quête d’une neutralité carbone d’ici 2050, le gouvernement slovaque ainsi que le monde des affaires peuvent s’appuyer sur les recherches et le travail de modélisation de l'Institut pour la politique écologique rattaché au ministère de l'environnement. Cet organisme étudie les moyens de réduire les émissions de gaz à effet de serre tout en établissant le coût économique et social des efforts vers une neutralité carbone. Kristina Mojsezova est la responsable de l’unité « Politique des dépenses et analyse d’impact » au sein de l’institut pour la politique écologique.

RFI : Quels sont les enjeux de la décarbonation de l’industrie sidérurgique en Slovaquie ?

Kristina Mojsezova : En Slovaquie, le secteur industriel est responsable de la moitié des émissions de gaz à effet de serre. Sur ces 50%, plus de 20 % proviennent de l’activité sidérurgique. Il s'agit d'une industrie très concentrée, autour de l'usine de Košice, qui appartient pour le moment à U.S. Steel [le rachat de U.S. Steel par Nippon Steel annoncé le 18 décembre 2023 est en cours de négociation, NDLR]. Il s'agit d'un employeur qui fut et qui reste très important, pour le marché du travail slovaque, puisqu'il emploie environ 8 000 personnes. Ce chiffre a certes diminué au fil des ans mais U.S. Steel se classe toujours au 3e ou 4e rang des plus gros employeurs en Slovaquie. Nous devons donc garder en tête cette réalité, quand nous réfléchissons à nos priorités en matière de décarbonation.

U.S. Steel, un important employeur mais aussi un gros pollueur

Comment la Slovaquie finance-t-elle la décarbonation de son économie ?


Lire la suite sur RFI