"L’Union européenne n’en finit pas d’être l’idiot utile de la mondialisation"

·1 min de lecture

L’UE prétend sortir des vieilles règles budgétaires mais maintient son programme d’austérité et de réformes structurelles via son plan de relance dit " de nouvelle génération ". Alors qu'elle se veut plus attentive à l’égard de ses vulnérabilités extérieures, elle maintient sa politique pro libre-échange.

L’Union européenne n’en finit pas d’être l’idiot utile de la mondialisation. Elle est incapable de réelle révision doctrinale, et reste désespérément attachée à de vieilles lunes.Faisant croire qu’elle a appris quelque chose de l’austérité budgétaire dans laquelle elle a placé les peuples européens, elle reste néanmoins persuadée de ne pas devoir sortir du " gouvernement par les règles ". L’aggiornamento n’est que de façade malgré la crise pandémique. Des règles budgétaires seront maintenues et les réformes structurelles poursuivies. Pour les dirigeants européens, le consensus de Washington de 1989 garde son actualité. L’Union européenne se refuse par aveuglement idéologique à admettre que le monde qui a vu naître le traité de Maastricht entre 1989 et 1991 est définitivement derrière nous.Il en va de même en matière de commerce international. Sa doctrine élaborée en 2007 dans " Global Europe competing in the world ", qui visait à promouvoir des accords de libre-échange de deuxième génération, c’est-à-dire des accords hybrides mêlant des réductions de tarifs douaniers et des accords d’investissement, se poursuit encore. L’Union européenne n’a eu de cesse de les...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Bob Dylan fête ses 80 ans : ses 5 chansons les plus marquantes

Bientôt un scooter gonflable pour les moins de 80 kg

Rentrée scolaire : 22 établissements scolaires fermés en raison de cas de Covid-19, annonce Jean-Michel Blanquer

1939 : il y a 80 ans, les masques obligatoires

Rentrée obligatoire le 22 juin : la reculade de Jean-Michel Blanquer sur les précautions sanitaires