Sur l’uniforme à l’école, Brigitte Macron se dit favorable

Brigitte Macron se prononce « pour le port de l’uniforme à l’école », dans un entretien publié ce mercredi 11 janvier par « Le Parisien ».
REGIS DUVIGNAU / AFP Brigitte Macron se prononce « pour le port de l’uniforme à l’école », dans un entretien publié ce mercredi 11 janvier par « Le Parisien ».

Dans un entretien accordé à des lecteurs du « Parisien », l’épouse du président de la République se prononce pour une tenue obligatoire pour les écoliers.

ÉCOLE - Brigitte Macron se prononce « pour le port de l’uniforme à l’école », dans un entretien publié ce mercredi 11 janvier par Le Parisien dans lequel elle donne son avis sur plusieurs autres sujets liés à l’éducation, du portable au lycée au niveau en orthographe.

Interrogée par sept lecteurs du quotidien, l’épouse du président Emmanuel Macron répond très directement à une question sur l’uniforme. « J’ai porté l’uniforme comme élève : 15 ans de jupette bleu marine, pull bleu marine. Et je l’ai bien vécu. Cela gomme les différences, on gagne du temps – c’est chronophage de choisir comment s’habiller le matin – et de l’argent – par rapport aux marques », dit la première dame. « Donc je suis pour le port de l’uniforme à l’école, mais avec une tenue simple et pas tristoune. »

Ce sujet est très controversé, jusqu’au sein du camp présidentiel. Le parti d’Emmanuel Macron, Renaissance, a lancé un groupe de travail à l’Assemblée nationale sur le sujet. Mais le ministre de l’Éducation Pap Ndiaye a dit encore la semaine dernière sur BFMTV ne pas vouloir « ouvrir ce débat, en tout cas à l’échelle nationale ». « Je ne veux pas de loi à ce sujet. Imposer l’uniforme à tous les élèves, c’est non », a-t-il martelé, tout en relevant qu’un établissement pouvait en instaurer un au niveau local.

Une proposition de loi bientôt examinée

Une proposition de loi du RN visant à rendre obligatoire l’uniforme dans les écoles et collèges publics a été rejetée mi-décembre en commission à l’Assemblée, malgré le soutien de la droite. Le texte est attendu ce jeudi 12 janvier dans l’hémicycle.

Dans ce long échange, Brigitte Macron appelle par ailleurs à accélérer la sensibilisation sur le harcèlement, sa grande cause, dès le primaire et à en faire « une priorité ». Elle plaide aussi pour une simplification des numéros verts sur le sujet. Et elle se dit « favorable » à l’extension au lycée des règles anti-portables du collège.

« Il ne faut absolument pas baisser le niveau d’exigence » sur l’orthographe, « je recommande de faire tous les jours une petite dictée », ajoute-t-elle par ailleurs, à la veille de recommandations pédagogiques sur ce thème.

VIDÉO - Anne-Liz Deba, victime de harcèlement : "Je recevais des messages de mort tout le temps, l'école ne faisait rien. On ne m'a jamais aidée"

À lire également sur Le HuffPost :

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Lire aussi

undefined

Dictée, calcul mental... Contre la baisse de niveau à l’école, Pap Ndiaye recycle les vieilles recettes

undefinedundefined

Brigitte Macron aussi a une raison de s’inquiéter de la situation chez Twitter et Facebook

undefined