L’Ukraine va recevoir des chars lourds du Royaume-Uni, d’autres pays pourraient suivre

Des soldats travaillent sur un char de combat principal Challenger 2 sur la zone d’entraînement de Longmoor, près de Bordon, dans le Hampshire, le 14 mars 2022.
ADRIAN DENNIS / AFP Des soldats travaillent sur un char de combat principal Challenger 2 sur la zone d’entraînement de Longmoor, près de Bordon, dans le Hampshire, le 14 mars 2022.

INTERNATIONAL -La première livraison de chars lourds d’origine occidentale. Le Royaume-Uni a annoncé ce samedi 14 janvier qu’il allait livrer des chars Challenger 2 en Ukraine, devenant ainsi le premier pays à fournir des chars lourds de facture occidentale à Kiev. Moscou réplique et dénonce une décision qui ne va qu’« intensifier » le conflit.

Dans un entretien avec le président ukrainien Volodymyr Zelensky, le Premier ministre britannique Rishi Sunak a souligné « la volonté du Royaume-Uni d’intensifier son soutien à l’Ukraine, notamment en fournissant des chars Challenger 2 et des systèmes d’artillerie supplémentaires », a précisé Downing Street dans un communiqué.

« Le bon signal aux autres partenaires »

Le gouvernement britannique ne précise pas combien de chars il compte envoyer à Kiev mais plusieurs médias britanniques évoquent le nombre de douze Challenger 2 : quatre seraient envoyés immédiatement et huit autres devraient suivre à court terme.

L’annonce a fait réagir la diplomatie russe qui a estimé que l’envoi de ces chars lourds n’allait « en rien accélérer la fin des hostilités militaires, mais va seulement les intensifier, en provoquant de nouvelles victimes », selon un communiqué de l’ambassade de Russie à Londres.

De son côté, Zelensky a remercié le Royaume-Uni sur Twitter pour avoir pris des décisions qui « non seulement nous renforceront sur le champ de bataille, mais enverront également le bon signal aux autres partenaires ».

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

« Profiter » des victoires ukrainiennes

Depuis le début de l’invasion russe, il y a près d’un an, les alliés européens de Kiev ont déjà livré près de 300 chars soviétiques modernisés, mais jamais encore de chars lourds de facture occidentale, malgré les demandes répétées de l’Ukraine.

Londres est un des principaux soutiens de l’Ukraine face à la Russie. Le Royaume-Uni a déjà livré, entre autres, des lance-roquettes multiples et 125 canons antiaériens, ainsi que plus de 100 000 munitions depuis février, le mois où la Russie a déclenché son offensive.

Les deux dirigeants britannique et ukrainien ont souligné au cours de leur conversation la « nécessité de profiter » des récentes victoires ukrainiennes qui ont « repoussé les troupes russes ».

Après la promesse française de livraison de chars légers

L’annonce britannique intervient après que la Pologne s’est dite prête mercredi à fournir 14 Leopard 2, des chars lourds de conception allemande considérés comme figurant parmi les plus performants du monde, une annonce saluée samedi par Sunak et Zelenski.

Selon Downing Street, Rishi Sunak a souligné que lui et l’ensemble du gouvernement britannique « travailleraient intensivement avec les partenaires internationaux pour fournir rapidement le type de soutien qui permettra à l’Ukraine d’accentuer son avantage, de gagner cette guerre et de garantir une paix durable ».

La semaine passée, Paris a été la première à annoncer l’envoi de chars légers de combat à l’Ukraine. L’Allemagne et les Etats-Unis avaient suivi le mouvement et promis, eux aussi, de livrer des véhicules blindés transportant de l’infanterie ou de chars de reconnaissance. Au total, 40 Marder allemands, 50 Bradley américains et des AMX-10 RC français devraient être envoyés. De nouvelles annonces pourraient intervenir le 20 janvier, à l’occasion de la prochaine réunion des alliés de l’Ukraine à Ramstein, en Allemagne.

À voir également sur Le HuffPost :

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Lire aussi