L’Ukraine s’inquiète d’une reprise de la guerre dans l’Est après des semaines d’escalade

·1 min de lecture

En Ukraine, l’inquiétude monte dans le Donbass, après la reprise progressive des combats causant la mort d’un soldat ukrainien vendredi 12 mars. Alors qu’un cessez-le-feu tenait bon an mal an entre séparatistes et loyalistes depuis l’été 2020, les tensions grandissantes entre Kiev et Moscou pourraient avoir raison sur la plus longue trêve dans cette guerre de sept ans.

Avec notre correspondant à Kiev, Stéphane Siohan

Vendredi 12 mars, un soldat de l’armée ukrainienne a été abattu par un tir de sniper à Mariinka, au sud-ouest de Donetsk. Il s’agissait du 13e militaire ukrainien tué depuis le début de l’année.

Ces dernières semaines, l’intensité des combats a augmenté dans la région du Donbass. Il est difficile d’évaluer la relation de cause à effet, mais cette dégradation intervient après que le président Volodymyr Zelensky a pris des sanctions contre Viktor Medvedchuk, homme politique pro-russe et principal relais de Vladimir Poutine dans le jeu politique ukrainien.

Début mars, les séparatistes pro-russes ont déclaré qu’ils autorisaient les frappes préventives afin d’éviter une offensive ukrainienne. Côté ukrainien, on réfute toute intention d’engager les hostilités.

Au niveau diplomatique, les relations se dégradent entre Kiev et Moscou : les Ukrainiens haussent le ton contre la Russie depuis l’arrivée de Joe Biden à la présidence américaine, et le processus de paix de Minsk est totalement bloqué. Cela alors que selon Ann Lind, la présidente de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), la Russie bloque toute avancée des négociations.

Sur le terrain, l’inquiétude monte quant à une possible reprise des hostilités, une fois que le printemps sera arrivé.