L’UE prépare de nouvelles sanctions contre le Bélarus

·1 min de lecture

La tension monte d’un cran entre l’Union européenne et le Bélarus. Le président polonais Andrzej Duda a déclaré jeudi 2 septembre l'état d'urgence pendant 30 jours le long de sa frontière avec Minsk, de crainte d'un flux massif de migrants et en prévision d'un prochain exercice militaire russe. De son côté, la Commission européenne prépare un nouveau train de sanctions contre le pouvoir du président Alexandre Loukachenko.

Ces mesures pourraient être présentées d’ici la fin du mois. "Nous allons poursuivre la lutte contre cette terrible instrumentalisation par le régime d’Alexandre Loukachenko des migrants et de la misère humaine. Cette bataille comprendra évidemment des sanctions et les travaux pour un cinquième paquet de mesures commencent maintenant avec les États membres", a expliqué Luc Devigne du Service européen pour l’action extérieure devant les eurodéputés.

La Lettonie, la Lituanie et la Pologne accusent Minsk d’envoyer volontairement des migrants, principalement afghans et irakiens, le long des frontières pour déstabiliser les autorités.

Les trois pays membres estiment que le Bélarus veut profiter d’une faiblesse ressentie en matière de migration. Ils appellent à des mesures plus fortes pour mettre un terme à cette situation.

"Alexandre Loukachenko continuera à tourner le dos aux engagements internationaux et à employer ces méthodes hybrides contre l’Union européenne", avertit le vice-ministre lituanien des Affaires étrangères, Mantas Adomenas.

La situation au Bélarus n’est pas le seul dossier à l’ordre du jour de la réunion informelle jeudi et vendredi des 27 ministres des Affaires étrangères. Les diplomates feront le point sur l’Afghanistan et les arrivées attendues de réfugiés qui fuient les talibans.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles