L’UE cherche à mobiliser la communauté internationale pour aider les Afghans

·1 min de lecture

Protéger les Afghans dont la vie est menacée. La parole européenne n'est pas toujours suivie d'effets selon Akram. Ce Belge originaire d'Afghanistan est tourmenté par le récit de ces personnes qui n'ont pas pu fuir le pays après la prise du pouvoir par les talibans.

Il souligne que les premiers évacués sont souvent des ressortissants européens ou des Afghans d’origine européenne. "Pour les locaux, malheureusement, il n’y avait pas beaucoup d’opportunités de pouvoir être aussi exfiltrés, pour ceux que se sentaient vraiment en danger", regrette Akram.

L'aide aux plus vulnérables et la poursuite des évacuations sont au coeur du Forum sur la réinstallation. Pour le moment les Etats membres n'ont pas revu leurs ambitions à la hausse. En revanche la mise en place de routes sûres fait partie du dispositif de soutien aux Afghans. Le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés demande à l'UE d'accueillir au cours des cinq prochaines années 42 500 demandeurs d'asile venus d’Afghanistan.

La Commissaire européenne en charge des Affaires intérieures rappelle que la question des réinstallations et des évacuations se fait sur base volontaire pour les Etats membres. Ylva Johansson presse donc les 27 et l’ensemble de la communauté internationale à se mobiliser pour évacuer les personnes "qui sont actuellement menacées en Afghanistan parce que, par exemple, elles ont défendu les droits fondamentaux ou les droits des femmes".

De son côté Akram attend rapidement de l’UE une aide alimentaire et humanitaire car l’hiver approche en Afghanistan. A la détresse humaine pourrait s’ajouter une situation sanitaire catastrophique.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles