L’UE attend Liz Truss à la tête du Royaume-Uni

L'UE se prépare désormais à travailler avec la nouvelle Première ministre britannique, Liz Truss. Les observateurs s’interrogent désormais sur le ton des discussions à venir entre les deux partenaires.

Celle qui fut ministre des Affaires étrangères est en effet à l'origine de la loi qui entend enfreindre le protocole sur l'Irlande du Nord, pourtant signé par Londres dans le cadre du Brexit. A Bruxelles, peu d'acteurs politiques s'attendent à une détente des relations entre l’Union et le gouvernement britannique.

"Nous savons que le Royaume-Uni est dans une situation économique difficile, et bien sûr la tentation est forte d'essayer d'attirer l'attention de l'opinion publique britannique sur d'autres dossiers, une diversion si je puis dire, et il semblerait que l'Union européenne soit le coupable idéal pour cela", explique l’eurodéputé écologiste Philippe Lamberts.

"Mais après tout, est-ce que ce sera très différent de ce que nous avons eu avec Boris Johnson, je n'en suis pas sûr", s’interroge-t-il.

Frank Augstein/AP
Liz Truss a été désignée par les adhérents du parti conservateur - Frank Augstein/AP

Si Lizz Truss compte poursuivre au 10 Downing Street son approche unilatérale, cette posture pourrait entraîner un conflit commercial. L'Union pourrait, en réponse, suspendre une partie de l'accord conclu avec Londres. Toutefois aucune de deux parties ne souhaite une escalade des difficultés, la guerre en Ukraine nécessite une attention constante de l'ensemble du continent européen.

"Étant donné que la Russie vise clairement toutes les démocraties libérales, pas seulement l'Ukraine, il semble très étrange que le Royaume-Uni ne puisse pas être clairement aux côtés de ses alliés", souligne Fabian Zuleeg, analyste au European Policy Centre.

Dans un tweet, la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, félicite Liz Truss et donne le ton. La responsable allemande dit se réjouir à la "perspective d'une relation constructive, dans le plein respect de nos accords".