Ce que l’on sait de la suppression des vidéos des caméras de surveillance du Stade de France

© AFP

Un fiasco qui n’en fini pas. Plus de dix jours après, le fiasco de la finale de la Ligue des champions au Stade de France n’est toujours pas terminé. Jeudi, au cours d’une audition au Sénat, le directeur des affaires institutionnelles de la Fédération française de football (FFF), Erwan Le Prévost, a révélé que les images filmées par les caméras de vidéosurveillance autour de l’enceinte avaient été automatiquement détruites au bout de sept jours, faute d’une réquisition de la justice.

« Les images sont disponibles pendant sept jours. Elles sont ensuite automatiquement détruites. On aurait dû avoir une réquisition pour les fournir aux différentes populations », a-t-il indiqué, ajoutant que ces dernières étaient « extrêmement violentes ».

Vidéos supprimées après sept jours

« C’est la loi », a indiqué à l’AFP Laurent Lafon, président de la commission sénatoriale de la culture. En réalité, la loi prévoit que la durée de conservation des images issues de caméra filmant la voie publique « doit être proportionnée et correspondre à l'objectif pour lequel le système de vidéoprotection est installé », précise la Commission nationale de l’information et des libertés. La durée ne doit pas dépasser un mois, maximum, mais les images sont généralement conservées « quelques jours » afin « d’effectuer les vérifications nécessaires en cas d'incident et de lancer d'éventuelles procédures disciplinaires ou pénales. »

Lire aussi - Incidents au Stade de France : des problèmes de sécurisation des ren...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles