Ce que l’on sait de la réception par Macron des LREM battus aux législatives

Photo
PASCAL ROSSIGNOL / REUTERS

PASCAL ROSSIGNOL / REUTERS

Emmanuel Macron photographié à l’Élysée le 22 juillet (illustration)

POLITIQUE - Ambiance thérapie de groupe à l’Élysée. Dans la soirée de ce lundi 29 août, Emmanuel Macron a reçu les candidats et ex-députés LREM battus lors des dernières élections législatives.

Un parterre qui comptait plusieurs poids lourds de l’ex-majorité, puisque l’ancien président de l’Assemblée nationale, Richard Ferrand était de la partie, tout comme l’ex-patron du groupe LREM Christophe Castaner ou l’ancien ministre de l’écologie François de Rugy.

L’occasion pour le président de la République de remercier les siens, selon des indiscrétions rapportées par Le Parisien et Le Point, dont la teneur a été confirmée au HuffPost.

« Reconnaissance » et « affection »

« Vous êtes tous des combattants La vie politique ne s’arrête pas à un combat, qu’il soit gagné ou perdu. Il y aura d’autres échéances, et je compte sur vous à cet égard », a-t-il déclaré, en citant les sénatoriales et les européennes, qui auront lieu en 2023.

« D’aucuns pensent déjà à la présidentielle, le menu est bien chargé ! », a-t-il également lancé, dans ce qui a été perçu comme une référence taquine aux ambitions présidentielles de Gérald Darmanin, Bruno Le Maire ou encore Édouard Philippe.

« Nous vous devons de vous accompagner dans cette période. C’est une condition qui nous permet d’être demain crédibles pour demander à d’autres de s’engager. N’y voyez pas un service. C’est un devoir », a aussi affirmé Emmanuel Macron, assurant sa « reconnaissance » et son « affection » à l’ensemble des invités.

De quoi remettre du baume au cœur aux perdants du mois de juin, dont beaucoup ont, depuis, totalement disparu des radars politiques. « Il a vraiment pris le temps de discuter avec tout ceux qui souhaitaient échanger avec lui », assure au HuffPost un participant à la soirée.

À voir également sur Le HuffPost : La sobriété ou le rationnement, la mise en garde de Borne aux patrons

Vous ne pouvez visionner ce contenu car vous avez refusé les cookies associés aux contenus issus de tiers. Si vous souhaitez visionner ce contenu, vous pouvez modifier vos choix.

Lire aussi