Ce que l’on sait de la mystérieuse explosion survenue dans un centre nucléaire russe du Grand Nord

Quelques semaines après , un accident survenu cette fois dans une base de recherche nucléaire de l’extrême nord de la Russie vient jeter sur les activités militaires de l’État un nouveau coup de projecteur dont ce dernier se serait bien passé.

Le 8 août 2019 sur les coups de midi, au large de Nionoska, dans la région d’Arkhangelsk, une explosion a causé la mort d’au moins 5 hommes et fait 3 blessés. Les personnes décédées, enterrées avec les honneurs quatre jours plus tard, travaillaient toutes pour l’agence nucléaire russe Rosatom en tant qu’ingénieurs. Après quelques vagues déclarations au lendemain du drame, le gouvernement russe a finalement levé, lundi 12 août, une partie du voile sur le contexte de l’incident : celui-ci serait survenu dans le cadre de tests de "nouveaux armements". Dans la foulée, le directeur scientifique du centre militaire de Sarov, Viacheslav Soloviev, a livré une seconde information qui n’a rien d’un détail : l’accident aurait aussi impliqué un petit réacteur nucléaire.

À ce stade, les questions en suspens restent bien plus nombreuses que les réponses : de quel type d’arme s’agit-il ? Pourquoi un réacteur nucléaire est-il concerné ? À quel point celui-ci a-t-il été endommagé ? Et surtout, y a-t-il un risque de contamination radioactive ? L’absence totale de transparence de la Russie sur les circonstances de l’incident  – qui n’a rien de surprenant compte tenu de la sensibilité de l’affaire – ne fait que renforcer les interrogations et inquiétudes du monde entier.

Quel est ce centre de recherche nucléaire dans le Grand Nord ?

Précisément celui où furent conçues les premières bombes atomiques soviétiques, rappelle l’AFP. La base où a eu lieu l’explosion, partie prenante du centre, a été ouverte en 1954. Spécialisée dans les essais de missiles de la flotte russe, notamment des missiles balistiques, elle est située en mer. Comme la plupart des sites soviétiques, elle est restée longtemps introuva[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi