L’un des pires tueurs en série lui laisse la vie sauve, il va le voir en prison pour savoir pourquoi et la réponse est cauchemardesque

Il est passé très proche de la mort. En 1975, Steve Fishman, 19 ans, a échappé à l’un des pires tueurs en série de l’histoire de l'est américain : Robert Frederick Carr III. Pendant plusieurs décennies, l’adolescent devenu journaliste s’est demandé pourquoi le criminel l’avait épargné. Il a fini par obtenir sa réponse dans les années 2000, lors d’une interview en prison avec le serial killer… C’est un après-midi de l’automne 1975 que Steve a croisé la route de Robert Frederick Carr III. Pour se rendre à un reportage à Norwich, dans l'État américain du Connecticut, le jeune reporter a fait de l’autostop à Boston. "C’était un moyen de transport très répandu à l’époque, confie Steve à CNN. Selon là où l’on vivait, on faisait beaucoup de stop. Ce n’était pas dangereux du tout. Parfois, des mères de famille me prenaient dans leur voiture avec leurs enfants sur le siège arrière." Ce jour-là, une Buick verte s’est arrêtée près de Steve. À son volant, un trentenaire au crâne chauve du nom de "Red".

Le tueur en série lui avait dit qu’il sortait de prison

Quelques minutes après avoir embarqué, Steve a remarqué que sa portière était verrouillée. Il ne s’est toutefois pas inquiété, estimant peut-être que le conducteur l’avait fait par sécurité. Pourtant, "Red" était en train de lui raconter qu’il sortait de prison… "En tant que stagiaire pour un journal, je me suis dit ‘Wow, ça pourrait être (...)

Lire la suite sur Closer

"Ma compagne est…" : séparé de Laury Thilleman, Juan Arbelaez en dit plus
Loana au plus mal ? Un célèbre ami donne de ses nouvelles, “différentes hospitalisations” évoquées
TÉMOIGNAGE. "Mon compagnon est un menteur indécrottable mais je veux tout de même le garder"
Il lui pose une question à peine croyable en plein rencard
Emmanuel Macron affaibli ? Sa menace à peine voilée à ses plus proches après les législatives