De l’oxyde de graphène dans des vitamines ? Non : c’est de l'oxyde de fer, un composant inoffensif

·5 min de lecture

Du “graphène” ou de "l'oxyde de graphène", un matériau que certains croient dissimulé dans certains vaccins contre le Covid-19, aurait-il été retrouvé dans le médicament "Blackmores", un complément alimentaire populaire en Australie ? Des vidéos publiées depuis le 2 janvier montrent une matière sombre magnétique et sont accompagnées d’affirmations selon lesquelles il s’agit d’oxyde de graphène. C’est en réalité de l’oxyde de fer, non toxique et utilisé pour colorer des enrobages de médicaments.

Deux vidéos ont circulé sur Tik Tok, Twitter et Facebook, prétendant montrer du graphène ou de l’oxyde dans le médicament "Blackmores", un complément alimentaire fabriqué en Australie, principalement à base de vitamine D3.

Sur une vidéo du 4 janvier vue plus de 30 000 fois sur Tik Tok, on voit une capsule du médicament Blackmores restée collée à un aimant. La vidéo est accompagnée de la légende en anglais : “Bizarre… N’achetez plus jamais Blackmores!”. Le compte qui a partagé cette vidéo a aussi relayé de fausses informations sur le traitement des Aborigènes australiens pendant la crise sanitaire, une intox expliquée par la rédaction des Observateurs.

Une deuxième vidéo vue plus 14 000 fois sur Twitter, et publiée le 2 janvier par un compte anti-vaccin, montre a priori une sorte de conglomérat noir sur le bord du verre qui coule après avoir chauffé le liquide d’une capsule des vitamines Blackmores. La femme qui fait la démonstration s’écrie : “C’est de l’oxyde de graphène!”

Le graphène est un nanomatériau composé de carbone, qui intéresse les chercheurs pour sa résistance et ses capacités de stockage d'énergie. L'oxyde de graphène est un dérivé du graphène qui, contrairement à lui, se disperse bien dans l'eau. Ces deux matériaux font l’objet de recherches à des fins industrielles et biomédicales.

Le graphène et l’oxyde de graphène ont alimenté au moins depuis mai 2021 les spéculations des opposants au vaccin contre le Covid-19, qui affirment que les vaccins en contiennent. Des personnes ont alors partagé des images de substances noires apparemment électromagnétiques et dangereuses, lors de ce qui ressemble à des expériences réalisées en intérieur dans une boîte ou sur une table. En réalité, ces images n’avaient rien à voir avec le graphène, comme précédemment expliqué par notre rédaction.

Ce graphène serait responsable du magnétisme supposé du vaccin Pfizer, lequel est non avéré.

De l’oxyde de fer, un colorant classique

Contacté, Jean-François Berret, directeur de recherche spécialiste en biophysique à l'Université Paris Diderot, affirme que les deux vidéos montrent très certainement de l’oxyde de fer, un composé chimique reconnaissable car les oxydes sont magnétiques, et sombres lorsqu’elles sont concentrées.

Il s’agit d’oxyde de fer sous forme de particules sans doute de la taille du micromètre (1 millionième de mètre) [...] Ces particules sont magnétiques: ce sont des particules de magnétite ou de de maghémite, très étudiées en laboratoire. [...] Sous un champ magnétique, elles forment des chaînes, les particules s’alignant les unes avec les autres. On peut distinguer ce comportement caractéristique dans le film.

L’oxyde de fer n’est pas toxique, précise le chercheur :

Il y a de nombreuses études sur des cellules (que nous avons faites nous-mêmes dans notre laboratoire) et sur des rongeurs qui montrent que les oxydes de fer sont très bien supportées par le vivant. Les doses létales sont élevées et on peut dire qu’aux concentrations utilisées dans le produit vitaminé du film, les doses sont vraisemblablement de faibles à très faibles.

En aucun cas il ne peut s’agir d’oxyde de graphène, qui lui n’est pas magnétique.

Les ingrédients de Blackmore, disponibles ici, incluent en effet l’oxyde de fer.

L'enveloppe de certaines capsules de médicaments peut contenir de l'oxyde de fer, qui est magnétique, en tant qu'agent colorant.

En aucun cas du graphène ou de l’oxyde de graphène

Contactée par Reuters, Leah Boonthanom, responsable des communications chez Blackmores, a déclaré que "l'oxyde de graphène ne figure dans aucune de nos spécifications de produits ou de matières premières".

Blackmore répond également aux critères de l’Administration australienne des produits thérapeutiques, qui n’accepte pas l'oxyde de graphène dans les médicaments, comme l’entreprise l’affirme dans ce tweet du 4 janvier.

Contacté par la rédaction des Observateurs de France 24, Emmanuel Flahaut, directeur de recherche au CNRS et spécialiste du graphène, confirme que les vidéos ne montrent en aucun cas du graphène ou de l’oxyde de graphène.

“L'oxyde de graphène n'est pas magnétique donc le fait que quelque chose soit attiré à température ambiante par un aimant [...] est une preuve en soi qu'il ne s'agit pas d'oxyde de graphène.

Par ailleurs, rien ne prouve que ce qui est dans le verre soit effectivement un comprimé de vitamine du flacon montré à côté.

L'oxyde de graphène n'a aucune propriété en tant de nutriment ou vitamine donc il n'y a aucun intérêt à en ajouter dans un complément alimentaire”.

Selon ce spécialiste, il n’y a pas de réponse définitive au sujet de la toxicité du graphène et de l’oxyde de graphène.

L'oxyde de graphène en tant que tel est génotoxique”, [c’est-à-dire qu’il peut altérer le génome d'êtres vivants], mais il est possible d’éliminer cette propriété.

Dans tous les cas, l’oxyde de graphène n’est jamais présent dans produits destinés au “grand public”, à ma connaissance.

En novembre dernier, un autre médicament, l’antibiotique flucloxacilline, avait été accusé par des comptes anti-vaccins de contenir du graphène ou de l’oxyde de graphène, alors qu’il s’agissait d’oxyde de fer.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles