À Prague, l'Otan augmente et pérennise son soutien à l’Ukraine

Les 31 ministres des Affaires étrangères de l’Otan se sont réunis à Prague ces jeudi et vendredi pour évoquer en particulier l’aide à l’Ukraine. À l’issue de ces deux jours de discussions, les alliés peuvent se targuer de nets progrès, à la fois dans leur soutien financier et dans l’utilisation des armes fournies à l’Ukraine pour frapper directement le territoire russe, avec un net coup de pouce.

Avec notre correspondant à Bruxelles, Pierre Benazet

La principale avancée pour les ministres des Affaires étrangères de l’Otan, c’est la confirmation par leur homologue américain Antony Blinken que les armements américains pourront être utilisés contre le territoire russe face à la région de Kharkiv. C’est la porte ouverte à la levée des restrictions que certains européens imposent encore à l’utilisation des armes livrées à l’Ukraine, l’Allemagne par exemple.

Pour le secrétaire-général de l’Otan, Jens Stoltenberg, la Russie n’arrivera pas à dissuader les alliés de soutenir l’Ukraine aussi longtemps que nécessaire.

« Le président Poutine a menacé les alliés de l'Otan depuis le début de la guerre, encore et encore. En fait, la veille de l'invasion, il a prononcé un discours dans lequel nous avons menacé tout allié qui apporterait son soutien à l'Ukraine. Il a essayé de nous empêcher d'apporter un soutien militaire. Il a ensuite essayé de nous empêcher de fournir des blindés, des systèmes de missiles avancés, des avions de chasse. Nous avons évolué et renforcé notre soutien, car nous sommes fermement convaincus que l'Ukraine a le droit à l'autodéfense. L'autodéfense est un droit fondamental, inscrit dans la charte des Nations unies », a déclaré Jens Stoltenberg.


Lire la suite sur RFI