L’originel gangsta

Libération.fr

Bling, matérialiste, hypersexué, cupide et pragmatique, Chuck Berry est le petit-fils des pimps et le grand-père des rappeurs gangsta.

Commentant le célèbre vers de Nadine, Springsteen a dit un jour : «Je n’ai jamais vu de coffee-colored Cadillac, mais grâce à Chuck Berry, je sais exactement à quoi ça ressemble.» Par-delà la sensualité ainsi conférée à la carrosserie, sa propre couleur café mérite d’être célébrée à présent que Chuck n’est plus. Et ce, précisément parce que très vite, au risque d’une javellisation apparente, public et zélateurs devinrent presque exclusivement blancs. Blancs comme l’auront aussi été tout du long ceux qui l’auront persécuté, spolié, brimé au plus intime, emprisonné pour des sex charges qui, dans le bouillon de culture viriliste et violeuse de l’endroit et du temps, auraient valu à un Blanc des claques dans le dos complices et égrillardes plutôt que des années de pénitencier.

Verts billets et oies blanches

Car si son œuvre fait de Chuck, comme on le dit, le «père du rock’n’roll», sa vie fait de lui le petit-fils des pimps, marlous, gamblers et gigolpinces des claques de New Orleans où le jazz vit le jour, et le grand-père du gansta rap grosse bite, tant la figure qu’il propose passe le relais d’une certaine idée de l’homme afro-américain, affranchi et à la redresse, inaugurée à Storyville, donc, et entretenue de nos jours par tel ou tel gazillionnaire hip-hop. Toutes les cases sont cochées : Chuck est bling, Chuck est flash, Chuck est cupide (à force d’entourloupes, de deals véreux et de cosignatures contraintes, qui ne le serait ?). Chuck est pragmatique, matérialiste, consumériste. Chuck fait ce qu’on l’autorise à faire là où on (Whitey) le laisse le faire, en n’en pensant pas moins, et se venge en compilant verts billets et oies blanches - jusqu’à ce que taule s’ensuive.

Oui car, par ailleurs, Chuck est beau, Chuck a le swag, Chuck est viril, Chuck est hypersexué, et c’est d’ailleurs à ce titre que Whitey le sanctionnera toujours, (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

Le génie «B. Goode»
Un pionnier bien accompagné
CHUCK BERRY Vers l’autre riff
chuck périt
Débat télé : la présidentielle dans les starting-blocks

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages