L’origine de la peste noire trouvée dans des tombes en Asie centrale

PHOTO LYAZZAT MUSRALINA/REUTERS

“C’est sur une étape de la route de la soie qu’aurait débuté l’une des pandémies les plus meurtrières de l’histoire de l’humanité”, commence Nature dans un article destiné au grand public. La peste noire, qui a dévasté l’ouest de l’Eurasie entre 1346 et 1353, tuant jusqu’à 60 % de la population par endroits, a été provoquée par la bactérie en forme de bâtonnet Yersinia pestis. Mais l’origine précise de la souche tueuse demeurait inconnue.

Une étude parue le 15 juin dans Nature lève le voile sur ce mystère : la bactérie qui aurait tout déclenché a été trouvée dans trois tombes datant de 1338 et 1339 situées dans les villages de Kara-Djigatch et Bourana, dans ce qui est aujourd’hui le Kirghizistan, en Asie centrale. L’analyse de l’ADN ancien des sept restes de corps humains présents a mis en évidence la présence de Y. pestis, dont la souche s’est révélée être l’ancêtre de celle de la peste noire.

Arbre généalogique

Le séquençage du génome de cette souche a pu être comparé à celui d’autres échantillons d’ADN de bacilles de peste historiques et actuels, ce qui a permis de réaliser un “arbre généalogique” de Y. pestis. Dans Nature, l’historienne américaine Monica Green, qui n’a pas participé à l’étude, se réjouit :

“La découverte du génome de bacilles de la peste antérieurs à ceux qui ont causé l’épidémie de peste noire est un immense bond en avant.”

La souche de Kara-Djigatch est également l’ancêtre de la plupart des souches de Y. pestis qui circulent aujourd’hui – ce qui indique que Y. pestis se serait fortement diversifiée juste avant l’épidémie de peste noire”, précise de son côté Johannes Krause, paléontologue à l’Institut Max Planck à Leipzig, en Allemagne, qui a dirigé ces travaux. Lors d’une conférence de presse il a ajouté : “C’était un peu le big bang de la peste.”

Actuellement, la bactérie Yersinia pestis infecte plusieurs types de rongeurs dans de nombreux pays. “Mais les bacilles de la peste que l’on observe chez les ouistitis de cette partie du Kirghizistan sont plus proches, sur le plan génétique, des échantillons anciens prélevés dans les tombes”, fait remarquer New Scientist, qui décrypte :

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles