Opéra de Paris: les conclusions du rapport sur la diversité

·2 min de lecture

C'est un rapport attendu depuis longtemps, celui sur la diversité à l'Opéra de Paris. Quelques mois après un manifeste rédigé par des danseurs et employés noirs et métis au sein de l'institution, l'Opéra de Paris a présenté ce lundi 8 février les conclusions de ce rapport.

Ouvrir grandes les portes de l'Opéra de Paris à tous les chanteurs et danseurs, sans regarder leur couleur de peau : c'est l'objectif du nouveau directeur Alexander Neef. Du recrutement jusqu'au répertoire, une enquête a passé au crible toute pratique discriminatoire.

« Il faut dire tout d'abord que ce rapport n'est pas la conclusion d'un processus, affirme Alexander Neef, c'est le début de quelque chose qui ne va probablement jamais se terminer, qui va vivre avec nous. Déjà, il ne faut pas penser que la diversité commence aujourd'hui avec la publication de ce rapport. Il y a déjà dans le monde lyrique des chanteurs qui refusent de se faire maquiller. Ce qui nous intéresse, c'est de trouver un terrain où on peut échanger plus sereinement, plus librement sur toutes ces questions sans polémique. »

Alexander Neef exclut toute censure ou suppression d’œuvres considérées comme stéréotypées ou racistes. Mais il lance une réflexion sur la représentation de ces œuvres en interdisant une fois pour toutes le grimage des visages, faisant appel à plus d'imagination. Parmi les autres pistes retenues : le recrutement élargi jusqu'en Outre-mer et la désignation d'un chargé de mission « diversité et inclusion » - un poste mis en place que récemment par le Metropolitan Opera à New York, preuve que la France n'est finalement pas tellement en retard en termes de diversité.

À lire aussi : La diversité fait une timide entrée à l’Opéra de Paris