Dans l’Oise, un maire porte plainte pour un incident de chasse à courre

France. Seine et Marne. Region of Coulommiers during autumn. Hunting area in a forest. Sign indicating hunting in progress.
Christophe Lehenaff / Getty Images France. Seine et Marne. Region of Coulommiers during autumn. Hunting area in a forest. Sign indicating hunting in progress.

JUSTICE - Le maire de Pont-Sainte-Maxence, Arnaud Dumontier, a porté plainte contre un équipage de chasse à courre, lui imputant un incident samedi lors de la poursuite d’un cerf qui s’était réfugié dans la rivière Oise, a-t-il indiqué ce mercredi 2 novembre à l’AFP.

La plainte, déposée mardi, vise l’équipage Rallye des Trois Forêts, pour violation d’un arrêté municipal de 2018, interdisant la chasse à courre dans la commune dans un périmètre de 300 m autour des habitations, et de 400 m pour deux quartiers situés en lisière de la forêt, a précisé l’élu LR, confirmant une information du Parisien.

Selon le maire, les faits se sont produits quand un cerf a plongé dans la rivière, avant de remonter sur la berge sur le territoire de la commune voisine de Beaurepaire, où il a été abattu.

L’animal a été suivi dans la rivière par des chiens, « qui font partie de l’équipage », a-t-il détaillé, soulignant qu’il reviendrait à l’enquête de déterminer les circonstances exactes des faits.

Bertrand Souplet, président de l’équipage, a lui contesté toute violation de l’arrêté, parlant d’un « non-évènement » : « le cerf était chassé en zone agricole sur le territoire de Beaurepaire avec une autorisation du propriétaire, les seuls qui ont pu faire 20 m dans l’eau ce sont deux chiens, que nous avons immédiatement rappelés », a-t-il affirmé à l’AFP.

Le Rallye des Trois Forêts visé par une précédente plainte du maire en 2018

« Personne ne s’est plaint, ni la gendarmerie ni la police ne sont intervenues », a-t-il ajouté.

Le Rallye des Trois Forêts est visé par une précédente plainte du maire, déposée pour mise en danger de la vie d’autrui, après la poursuite d’un cerf en février 2018 par une meute jusque dans des artères centrales de la commune.

L’arrêté, pris dans la foulée de cet incident et qui renforce une première interdiction de la chasse à courre dans les zones urbanisées, a été validé en février par le Conseil d’État, après une série de recours de la Fédération départementale des chasseurs.

Des images, diffusées sur les réseaux sociaux par le collectif AVA (Abolissons la vénerie aujourd’hui) montrent le cerf dans l’eau, suivi par des chiens.

Ces derniers étaient « encouragés par les chasseurs », a affirmé à l’AFP le porte-parole du collectif, Stanislas Broniszewski. Il estime que l’équipage a aussi violé un arrêté ministériel de 2019 sur la vénerie, prescrivant de gracier les animaux rattrapés à proximité d’habitations, zones commerciales ou artisanales et établissements accueillant du public.

À voir également sur Le HuffPost :

Lire aussi