L’“Ocean Viking” accueilli en France ? “Un signal fort envoyé à l’Italie et à l’Europe”

PHOTO CAMILLE MARTIN JUAN/SOS MEDITERRANEE /via REUTERS

L’Ocean Viking accostera-t-il en France ? Mardi 8 novembre, le navire humanitaire avec 234 migrants à bord a demandé à Paris de lui assigner un port sûr pour débarquer les personnes secourues en Méditerranée. Ces dernières ont fui la Libye avec l’espoir de rejoindre l’Europe par l’Italie. Mais Rome, à plusieurs reprises, a refusé de leur accorder un port d’accostage. Dans l’après-midi, l’agence italienne Ansa avait cité une source au ministère de l’Intérieur français selon laquelle les autorités françaises se préparaient à “ouvrir le port de Marseille au navire”.

Depuis, les tensions montent entre la France et l’Italie, et la presse réagit vivement ce matin.

“Attitude inacceptable”

Comme de nombreux titres italiens, Il Giornale met l’accent sur les paroles dures du gouvernement français en direction de Rome. Interrogé sur France Info ce mercredi matin, le porte-parole du gouvernement, Olivier Véran, a appelé l’Italie à “jouer son rôle” et à “respecter ses engagements européens”, en accueillant l’Ocean Viking. Le refus du nouveau gouvernement de Giorgia Meloni d’accueillir le navire a par ailleurs conduit Véran à qualifier “l’attitude actuelle du gouvernement italien” d’“inacceptable”.

Parole non recevable pour le quotidien de droite appartenant à la famille Berlusconi. “L’Italie a pris en charge trois des quatre navires, et pourtant la France attaque le gouvernement Meloni, fait valoir le journal. Ces mots sonnent presque comme un avertissement lancé par la France à l’Italie.”

La France rompt le front de la fermeté

La présidente du Conseil, souligne Il Foglio, n’a pas tardé à demander plus de solidarité européenne dans la gestion des naufragés en Méditerranée, un sujet qui provoque de manière récurrente des négociations houleuses entre États membres. Fidèle à cette ligne, ajoute Il Foglio, le vice-ministre des Affaires étrangères, Edmondo Cirielli, a déclaré, interrogé par le Corriere della Sera :

“L’accueil d’un bateau tous les quatre ou cinq ans par la France n’est pas quelque chose d’extraordinaire, mais cela reste néanmoins une bonne nouvelle.”

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :