L’océan a la capacité de fournir six fois plus de nourriture qu'actuellement

Céline Deluzarche, Journaliste

« L’océan possède un énorme potentiel inexploité pour nourrir le monde dans les décennies à venir, et cette ressource peut être exploitée avec une empreinte environnementale bien inférieure à celle des autres sources alimentaires », affirme Christopher Costello, l'auteur principal d’un nouveau rapport de l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) intitulé Le futur de l’alimentation marine. La pêche assure actuellement un cinquième des protéines animales consommées dans le monde, mais bien plus dans certains pays comme le Sri Lanka, où la moitié des protéines proviennent de la mer. En plus des protéines, le poisson, les algues et autres crustacés sont une source importante d’acides omega-3, de vitamines et minéraux essentiels contre la malnutrition.

Une pêche plus durable et plus productive

Malheureusement, les captures de pêche ont atteint un plateau et stagnent à environ 80 millions de tonnes par an depuis 30 ans. En raison de la surexploitation des stocks, la productivité de la pêche ne cesse de décliner : une récente étude a montré que les bateaux ramènent 80 % de poisson en moins qu’en 1950. Mais, selon les experts de la FAO, ce déclin n’est pas inexorable : il serait possible de capturer 20 % de poisson de plus qu’aujourd’hui en arrêtant la surpêche et en exploitant des ressources alternatives, comme le krill ou les espèces mésopélagiques.

La pêche procure aujourd’hui la grande majorité de la nourriture issue de la mer. Mais il existe un énorme potentiel pour l’élevage d’algues et de mollusques. © High Level Panel a Sustainable Ocean Economy

La moule, l'avenir de l’humanité ?

Mais le principal gain potentiel de nourriture se situe ailleurs : l’aquaculture et plus spécialement la mariculture (élevage d’animaux et de végétaux marins dans l’océan ou les zones côtières). En plein boom ces dernières années, l’aquaculture fournit désormais la moitié de la production halieutique mondiale. Hélas, la majeure partie de cette production est...

> Lire la suite sur Futura