« L’islamo-gauchisme » est « un fait social indubitable », pour Blanquer

Par LePoint.fr
·1 min de lecture
Jean-Michel Blanquer avait déjà dénoncé « les ravages » de « l’islamo-gauchisme », le 22 octobre dernier.
Jean-Michel Blanquer avait déjà dénoncé « les ravages » de « l’islamo-gauchisme », le 22 octobre dernier.

La polémique n'est pas près de se tarir. Quelques jours après les déclarations de la ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, Frédérique Vidal, qui avait demandé au CNRS une enquête sur l'impact de l'« islamo-gauchisme » à l'université, son collègue à l'Éducation, Jean-Michel Blanquer, a lui aussi défendu ce concept. Invité d'Apolline de Malherbe, le rendez-vous, sur BFM TV, le ministre a en effet estimé qu'il s'agissait d'« un fait social indubitable ».

Pour illustrer son propos, Jean-Michel Blanquer a même cité en exemple un certain? Jean-Luc Mélenchon. « Ça se voit dans les déclarations de certains politiques », a-t-il jugé. « Quand vous avez Jean-Luc Mélenchon qui participe à une manifestation du CCIF [Collectif contre l'islamophobie en France, NDLR], où il y avait des islamistes radicaux, monsieur Mélenchon tombe dans l'islamo-gauchisme sans aucun doute », a-t-il ajouté. Mais, pour le ministre, ce terme peut tout à fait prendre une autre forme.

DOSSIERObservatoire du décolonialisme et des idéologies identitaires

« Je veux bien, après, que des spécialistes de sciences politiques analysent ça ou trouvent d'autres mots pour décrire le phénomène », a-t-il concédé, estimant que « chacun doit voir ça avec sérénité et objectivité ».

À LIRE AUSSIIslamisme à l'université : faut-il confier l'enquête au principal suspect ?

Pour rappel, Jean-Michel Blanquer avait déjà dénoncé « les ravages » de « l'islamo-gauchisme », sur Europe 1, le 22 octobre d [...] Lire la suite