L’Irak impuissant face aux tempêtes de poussière de sable à répétition

Photo Karar Essa/Anadolu Agency/AFP

Une énorme tempête de poussière survenue lundi 16 mai 2022 a obligé des millions d’Irakiens à changer leur mode de vie, après avoir causé l’hospitalisation de milliers d’entre eux, à la suite de cas de suffocation. La visibilité a fortement diminué, entraînant des accidents de la circulation dans différentes régions du pays. Les ministères de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur ont été contraints de suspendre les cours dans les écoles et les universités et sept gouvernorats du Centre et du Sud ont arrêté toute activité dans les établissements publics, à l’exception des hôpitaux. Les autorités de l’aviation ont, quant à elles, reporté les vols prévus ce jour-là à destination et en provenance des aéroports internationaux de Bagdad, Najaf et Souleimanieh jusqu’à dissipation de la poussière, qui a laissé des traces partout.

Un événement devenu quasi quotidien, des vagues de poussière à répétition frappant la plupart des régions de l’Irak. Le ministère de l’Environnement estime que l’Irak connaîtrait 272 tempêtes par un, en raison de l’amplification de la désertification après des années de sécheresse et de manque de pluie, et de l’incapacité de l’État à mettre en place des mesures afin de sauver le couvert végétal, qui se dégrade d’année en année.

Où est la politique stratégique de l’eau ?

Selon les experts, les gouvernements successifs irakiens n’ont jamais pris de mesures diplomatiques face à la politique turque de gestion de l’eau et son contrôle des approvisionnements du Tigre et de l’Euphrate, qui prennent leur source en Turquie, et sur lesquels elle a construit des barrages qui menacent de les assécher. Les gouvernements ont également ignoré les appels populaires à prendre position contre l’Iran, qui a coupé les cours d’eau de tous les affluents qui coulent vers l’Irak à travers son territoire. Par ailleurs, aucun budget n’a été prévu pour achever la mise en œuvre de grands projets stratégiques, ni même pour mettre en place des ceintures vertes afin de protéger les villes de l’invasion du sable.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles