L’invasion de la Zone 51 n’a pas eu lieu

Sur Facebook, ils s’étaient donné rendez-vous le 20 septembre pour envahir, la zone 51, base militaire secrète du Nevada censée abriter des extraterrestres. Mais ils n’ont été que 3000 à répondre à l’appel au lieu des deux millions attendus.

Sur les réseaux sociaux, l’invasion a bien eu lieu. Les hashtag #zone51, #area51raid et #area51storm étaient en tête des tendances Twitter. Les memes, plus ou moins drôles à base d’aliens et de soucoupes volantes, se partageaient avec enthousiasme. Mais sur place que s’est-il passé ? Hélas (ou heureusement), pas grand chose.

Lire aussi:Ovnis et Zone 51 - Bob Lazar n'aurait pas tout inventé

Pourtant, l’évènement Facebook créé en juin avait rassemblé plus de deux millions de personnes prêtes à déferler sur cette base militaire secrète du Nevada, source d’innombrables théories du complot, dont la plus populaire est qu’elle abriterait des entités extraterrestres. « Si on court comme Naruto (personnage de manga), on peut bouger plus vite que leurs balles. Allons voir les aliens! » Difficile de prendre au sérieux un appel ainsi formulé. Pourtant, rapidement dépassé par le buzz, son initiateur, Matty Roberts, a dû faire marche arrière, expliquant qu’il s’agissait d’une simple blague.

Il n’en restait pas moins délicat d’estimer à l’avance le nombre de participants convaincus d’être conviés à un évènement historique. Les autorités ne cachaient pas une certaine inquiétude, car qu’elle héberge ou non, des extraterrestres, la Zone 51 demeure un site militaire ultra-sensible dont l’existence n’a été reconnue qu’en 2013 avec la déclassification de 407 pages de documents de la CIA. Des prototypes d’avions secrets y sont mis au point et testés comme les premiers chasseurs furtifs à la fin des années 70. Et les gardes qui surveillent la zone ont le droit de tirer à vue sur les intrus…

Mais aucune balle n’a sifflé près des oreilles des 3000 fanas d’ovnis, joyeux et souvent déguisés. Les quelques courses façon Naruto captées par les(...)


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles