L’invasion de l’Irak : “La plus grosse bavure de l’histoire moderne”

Courrier international

“Le massacre d’Irakiens innocents dont la Grande-Bretagne s’est rendue complice est la plus grosse bavure de l’histoire moderne, et elle ne pourra jamais être pardonnée”, fustige The Independent suite à la publication du rapport de la commission d’enquête Chilcot sur l’entrée en guerre du Royaume-Uni contre l’Irak décidée en 2003 par Tony Blair alors qu’il était Premier ministre. Ce rapport, accablant, est catégorique sur plusieurs points, insiste le journal de centre gauche :

Il n’y avait pas de menace imminente, on a suivi les informations fournies par les services de renseignement avec un amateurisme effarant, la planification de l’après-guerre a été catastrophique et l’invasion n’était pas notre dernier recours”.

“Saddam Hussein n’est plus, mais sa chute nous a coûté incroyablement cher”, écrit The Times, de son côté.

179 soldats britanniques sont morts dans une mission qui n’a jamais été accomplie et des centaines de milliers de citoyens irakiens ont péri du fait de la recrudescence persistante des violences entre sunnites et chiites. Sur la scène internationale, notre pays est discrédité. Et il en va de même au plan national, où la méfiance envers le gouvernement atteint un niveau consternant.

Tony Blair, “avide de pouvoir et d’adulation”

“Je serai avec vous, quoi qu’il arrive” : c’est cette phrase de Tony Blair écrite au président américain George W. Bush en 2002 et révélée par la commission d’enquête Chilcot, qui fait la une du Guardian. Pour le quotidien britannique, ces mots résument “une promesse faite en privé et qui a permis tous les détournements de procédures que l’on a observés par la suite”. M. Blair avait en effet pris cet engagement alors que l’ONU n’avait pas encore voté de résolution et que son Parlement ne lui avait pas donné de feu vert, conduisant à une “erreur épouvantable”.

Le Premier ministre travailliste, “qui avait toujours dit que ‘le patron, c’est le peuple britannique’, est resté sourd aux réclamations d’une bonne partie du pays”, déplore le journal.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles