L’intox internationale des mannequins dans les hôpitaux français pour faire croire à une pandémie

·3 min de lecture

Des images, qui circulent depuis début janvier en anglais, prétendent montrer un mannequin dans un hôpital qui aurait été utilisé dans un reportage de la chaîne française BFMTV pour faire croire à une vague de Covid en France. Ceux qui partagent cette publication remettent en cause le nombre de patients pendant la crise sanitaire... En réalité, ce n’est pas un reportage de BFMTV, et ces images sont celles de mannequins utilisés lors d’une simulation dans un hôpital au Québec.

“France : les hôpitaux sont si saturés par le variant Omicron qu’il n’y a même plus le temps de mettre des bras aux mannequins pour les médias” ironise un compte Facebook anti-vaccin dans une publication en anglais du 6 janvier.

La photo montre un mannequin étendu sur un lit d’hôpital, séparé des soignants par une protection en plexiglass. En haut à gauche, on peut voir le logo de la chaine française d’information en continu BFM TV, et en bas de l'image, un supposé bandeau indiquant “Castex testé positif au Covid-19", laissant penser qu’il s’agirait d’un reportage datant du 22 novembre 2021, jour où le Premier ministre français a été testé positif.

La photo a circulé dès fin décembre sur Facebook, Twitter et Instagram en anglais, mais aussi en portugais ou polonais.

L’image avait déjà fait l’objet d’une vérification par des médias français comme l’AFP Factuel, mais elle circule à nouveau, ciblant cette fois un public international, avec une légende en anglais, parfois traduite dans une autre langue.

Une vidéo de démonstration dans un hôpital québécois

Comme indiqué par l’AFP Factuel, on retrouve l’image originale grâce à une recherche d'image inversée via le moteur de recherche Yandex. La photo du mannequin est ici dépourvue du logo de BFTM TV. Des images montrant la même scène, mais tournées d’un autre angle, portent un logo “Québec”.

En recherchant avec les mots clés "mannequin” “covid et “Québec”, on retrouve un article de vérification de Radio Canada datant du 8 octobre 2021, qui explique que les images du mannequin ont été détournées.

L’article indique que l’image est issue d’un reportage diffusé par Radio Canada le 17 avril 2020, intitulé : "Au cœur d'un hôpital Covid-19", et réalisé à l’Institut universitaire de cardiologie et pneumologie de Québec. Le reportage explique le protocole appliqué aux patients COVID-19 en situation d'urgence, en montrant une simulation à l’aide de mannequins.

Dès 0’00, le journaliste demande pourquoi l’hôpital ne montre qu’une simulation : "Docteur Simon, quand on passe les portes, quand on se retrouve dans la zone Covid, qu'est-ce qu'on trouve, à quoi ça ressemble, on ne l'a pas vu encore ça ?', ce à quoi le médecin répond Mathieu Simon, le chef des soins intensifs de l'Institut : “Je ne pourrais pas vous y amener par protection pour vous manifestement, quand on passe la zone Covid on voit surtout du personnel très dédié".

Un photomontage laissant croire à un reportage de BFMTV

Pourquoi l’image apparaît-elle avec ce qui ressemble à l’interface d’un journal de BFMTV avec l’heure en haut à gauche, et le bandeau en bas ?

Une analyse forensique via le logiciel InVid Verify (voir ici comment procéder), permet de repérer une différence de pixels, à l’endroit où se trouve le bandeau de BFMTV, son logo et l’horaire apparaissent.

Ces incohérences d’images entre la photo du mannequin et celle du bandeau indique que les deux photos ont été assemblées, et qu’il s’agit dont d’un photomontage.

Depuis le début de la crise sanitaire, des vidéos sont détournées par des comptes voulant faire croire que la pandémie est fictive. Par exemple, cette vidéo intox prétendant montrer de “faux patients” est également issue d’une simulation, dans un centre de soins allemand.

À lire sur les Observateurs :

Cette vidéo ne montre pas des patients fictifs de la pandémie du COVID-19

Cette vidéo filmée en Israël ne montre pas un "studio de télévision pour pandémie fictive"

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles