L’interview, matière à inflexions

Libération.fr

Rejouer au théâtre les débats télévisés de candidats à la présidentielle ou la rencontre Platini-Duras parue dans «Libé» en 1987 : un certain nombre d’artistes, captivés par la parole brute, adaptent sur scène des entretiens donnés aux médias.

C’est sans doute Nicolas Bouchaud qui a entamé le mouvement avec la Loi du marcheur, créé en 2010, qui restituait sur scène une interview du critique Serge Daney, tirée du documentaire Itinéraire d’un ciné-fils, de Pierre-André Boutang et Dominique Rabourdin. Une entreprise pour initiés ? C’était le risque. Mais le spectacle n’a cessé d’être repris, de tourner, et l’acteur sait qu’il le rejouera tant que son désir de donner vie à cette parole restera. Les spectateurs ne sont pas forcément des lecteurs ou admirateurs de Daney ; parfois, ils ne connaissent pas le nom de celui qui fut rédacteur en chef des Cahiers du cinéma et des pages Ciné de Libération. L’entreprise de résurrection, ou l’idolâtrie, n’est pas de mise : il ne s’agit pas de dupliquer physiquement une personne, ou de l’embaumer à la manière de certains biopics au cinéma. Plutôt de rendre un souffle à une parole non préméditée. Ce qu’on voit, c’est une pensée en mouvement, avec ses digressions, sur comment se constitue l’amour des films, le plaisir d’être dans une salle face à un grand écran, la naissance d’une passion - c’est-à-dire quelque chose qui touche tout le monde. Nicolas Bouchaud : «Les amis de Serge Daney m’avaient dit : "Alors, tu vas mettre une casquette et des lunettes ?" Evidemment que non. On ne devient jamais la personne. En revanche, on vit avec elle. Ce qu’on essaie de rendre, quand on restitue un propos qui s’improvise oralement, c’est le mouvement de la pensée. Ce qui a surgi pendant qu’il parlait.» L’acteur donne un préalable à ce passage à la scène : «Il faut vraiment aimer, non pas cette personne, mais ce qu’elle dit. Sinon, ça n’a aucun intérêt. Il doit y avoir une conversation secrète entre elle et soi, pour trouver la danse (...) Lire la suite sur Liberation.fr

«Peau d’âne», sans Demy-mesure
Le chaos mis en colloque par Frédéric Ferrer
«5es Hurlants», dans les clous du spectacle
Disparition
Une «Traviata» aux accents graves