L’intelligence artificielle va-t-elle conquérir le cyberespace ?

·1 min de lecture

Algorithmes et réseaux de neurones permettent de décupler le potentiel de destruction des logiciels malveillants. Mais également de mieux les combattre.

Cet article est issu du Hors-série de Sciences et Avenir n°199 daté octobre-novembre 2019.

La guerre sur terre, en mer et dans les airs… Et désormais sur un quatrième théâtre d’opérations : le cyberespace. Car ce n’est plus de la science-fiction. En septembre 2010, déjà, le très ingénieux virus Stuxnet aurait infligé un an de retard au programme nucléaire iranien. Comment ? Il s’est propagé jusqu’aux automates de contrôle des centrifugeuses servant à enrichir l’uranium et les a fait tourner trop vite. On attribue généralement cet exploit à une coopération entre services israéliens et américains.

La France, elle aussi, se prépare à la cyberguerre

Demain, renforcé par l’intelligence artificielle, ce nouveau type d’arme invisible et silencieuse pourrait occasionner des dégâts considérables. En s’infiltrant dans des installations militaires insuffisamment "durcies" contre ces attaques, mais aussi en visant des cibles civiles, plus "molles" : des infrastructures (énergie, transports, télécoms…) ou des sites de production. Des installations vitales… ou pas : que deviendrait, par exemple, la circulation parisienne sans feux tricolores ? Aujourd’hui, toutes les grandes nations disposent de leurs unités de cyberguerriers. La France, elle aussi, se prépare à la cyberguerre, c’est officiel depuis une annonce de Florence Parly, ministre des Armées, le 18 janvier 2018 : "Aujourd’hui, nous nous dotons d’un cadre clair et nous l’assumons : oui, la France emploie et emploiera l’arme cyber dans ses opérations militaires." Et cette arme sera dopée à l’IA, a affirmé la ministre dans un discours du 5 avril 2019 sur la doctrine française en matière d’IA et défense, précisant : "… car tout comme les transactions financières, les cyber-attaques deviendront 'haute fréquence'. Et pour les contrer, la seule action humaine sera en dehors du tempo requis". "L’intelligence artificielle est déjà quelque peu à l’œuvre dans le domaine de la cybersécurité, affirme Thierry Berthier, maître de confér[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles