L’intelligence artificielle recrutée pour booster le rendement des cannes à sucre au Brésil

ONLY WORLD / Only France via AFP

Un nouveau programme d'apprentissage automatique vient d’être conçu par des chercheurs de l’Université de Sao Paulo, au Brésil. D’après les scientifiques, il permet d’améliorer l’efficacité des opérations nécessaires à la culture de la canne à sucre et des graminées fourragères, utilisées pour l’alimentation animale.

Et si l’Intelligence Artificielle (IA) nous révélait les capacités d’un plant avant même qu’il ne pousse ? Ce défi paraît relevé par l'équipe d'Alexandre Aono, premier auteur de l’étude scientifique publiée par la revue Nature. "Nous avons mis au point un programme capable de prédire, sur la base de la composition de l'ADN d'une plante, ses performances sur le terrain", explique-t-il à Sciences et Avenir. Cette technologie apporte une nouvelle pierre à l’édifice du procédé de "sélection génomique" : une stratégie qui vise à prédire le potentiel des animaux ou des plantes en fonction de leur hérédité. Elle a été mise en place en 2001 et est aujourd’hui appliquée dans plusieurs programmes de sélection, notamment le maïs et le bétail. Grâce à l’IA introduite par Alexandre Aono, la précision des prédictions s’est accrue de plus de 50%.

En appliquant ce nouveau programme aux végétaux, il est désormais possible d’identifier le potentiel des plantes à un âge beaucoup plus précoce, c’est-à-dire, "sans avoir besoin de les évaluer en champ. Cette IA permet de réduire à la fois le temps et les coûts des cycles de sélection", poursuit le chercheur. A titre de comparaison, la technique traditionnelle peut prendre plusieurs dizaines d’années. Elle implique que l’agriculteur croise deux plants, par exemple l’un plutôt résistant aux températures, et l’autre plus productif. Grâce au programme d’apprentissage automatique, la rentabilité du plant est estimée avant même sa croissance. Une capacité d’autant plus importante que le Brésil est le premier exportateur de sucre au monde. La récolte de 2021/2022 s’est ainsi établie à 523,11 millions de tonnes.

Les difficultés supplémentaires de la canne à sucre

Jusqu’alors, la sélection génomique était surtout pertinente pour les organismes "diploïdes", ceux qui possèdent au sein de chaque cellule deux jeux de chromosomes semblables, comme l'être humain et la plupart des animaux. "Le problème est que les plantes tropicales de grande valeur com[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi