L'"infodémie" : derrière le coronavirus, la guerre de l'information

*

Demain la Chine ? Après la pandémie, le panda remplacerait l'aigle comme symbole de l'hégémonie mondiale ? Contre une Amérique divisée et isolationniste et face à une Europe dépassée ? Pas certain, jugent certains : à cause de la crise du pétrole (Joseph Nye), ou parce que les autocraties suscitent moins de confiance que les démocraties (Fukuyama), ou encore parce que les mensonges de Pékin lui auront fait perdre du prestige (les Échos) ?

La réponse dépendra d'une guerre de l'information est/ouest. Comme au temps de la Guerre froide, mais dans une autre configuration médiologique.

Vue de Chine, la situation se présente probablement ainsi :

- Cafouillage initial : l'information remonte mal, on cache, on punit les lanceurs d'alertes, on isole Wuhan, des rumeurs partent dans tous les sens, il y a des protestations, une perte d'image internationale.

Infodémie

Le virus suit ironiquement les Nouvelles Routes de la Soie, le grand projet d'expansion chinois

- La pandémie devient mondiale et la planète s'intéresse à Wuhan.

- La situation s'améliore en Chine, pendant qu'elle devient abominable partout ailleurs (pour simplifier à l'extrême).

- Il faut penser au jour d'après en termes géopolitiques, donc de soft power (prestige et influence).

Le PCC doit répondre par un discours convaincant :

1) L'épidémie est partie de notre pays mais notre réaction énergique - fût-ce au prix de restrictions des libertés - a retardé la propagation de Cov-19 et donné aux autres nations un exemple et un répit qu'elles ont mal exploitées ( et ce, au moment où beaucoup d'Occidentaux reprochent au contraire à l'autoritarisme chinois d'avoir aggravé la contagion aux débuts).

Lire la suite