L’inflation record aux États-Unis met Joe Biden sous pression

Aux États-Unis, l’inflation continue de flamber. La hausse des prix sur un an atteint 9,1%, un record depuis 1981. Cela accentue encore un peu plus la pression sur Joe Biden, à l’approche des élections de mi-mandat en novembre.

C'est la préoccupation numéro un des électeurs. À quatre mois des élections, cette inflation record plombe la cote de popularité de Joe Biden. Logement, essence, nourriture, la hausse frappe surtout les dépenses quotidiennes des ménages américains. L'indice des prix à la consommation, qui avait déjà grimpé de 8,6 % en mai sur un an, a bondi en juin encore plus que prévu par les analystes. Sur un mois, l'augmentation s'élève à 1,3 % en juin, contre 1,0 % en mai.

Des républicains n'ont pas manqué de réagir rapidement sur Twitter. Le sénateur Marco Rubio a ainsi accusé les démocrates de « ne pas se soucier des choses qui comptent pour l'Américain moyen ». « Ce niveau d'inflation est le résultat direct des dépenses des démocrates depuis qu'ils ont pris le pouvoir » à Washington, a attaqué son collègue John Thune.

Le président américain a reconnu dans un communiqué que ces chiffres étaient « trop élevés » et rappelé que la lutte contre inflation était sa « priorité ». Mais, a-t-il aussitôt ajouté comme pour se dédouaner, ils sont « obsolètes » car les prix de l'essence ont reculé ces dernières semaines. Le prix moyen du gallon (environ 3,8 litres) aux États-Unis est de fait redescendu à environ 4,73 dollars actuellement, après avoir grimpé pour la première fois en juin au-dessus du seuil symbolique de 5 dollars. Cela « devrait apporter un peu de répit aux familles américaines », a avancé Joe Biden.

Tous les secteurs concernés


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles