L’industrie chimique allemande «s’inquiète» d’un embargo sur les hydrocarbures russes

L’industrie chimique allemande est la première en Europe et la quatrième au monde, avec un chiffre d'affaires annuel de près de 200 milliards d’euros. De nombreux autres domaines en dépendent, comme l’industrie pharmaceutique ou l’automobile. Et selon Jörg Rothermel, directeur du département énergie de la Fédération allemande des industries chimique et pharmaceutiques (VCI), l’embargo sur le pétrole russe est « inquiétant » non pas pour « l’approvisionnement », mais pour les « conséquences d’une augmentation des prix ». Interview par Niklas Mönch.

RFI : Quelles sont les conséquences pour l'industrie chimique allemande de l'embargo sur le pétrole russe, décidé par l’Union européenne ?

Existe-t-il des alternatives au pétrole russe ?

Il est possible de s'approvisionner en pétrole auprès d'autres producteurs sur le marché mondial, par exemple au Moyen-Orient ou aux États-Unis. L'approvisionnement en pétrole en Allemagne et en Europe est assuré.

Jusqu’à 55 % du gaz consommé en Allemagne vient de Russie. Lors du conseil européen extraordinaire fin mai 2022, le Président français Emmanuel Macron a affirmé qu’il ne pouvait pas exclure un nouveau paquet de sanctions contre le gaz russe. Qu’est-ce que cela signifie pour l'industrie chimique allemande ?


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles