L’Inde serre la vis au Cachemire après la mort du séparatiste Syed Ali Shah Geelani

·2 min de lecture

Le Cachemiri Syed Ali Shah Geelani, militant séparatiste de la première heure, est décédé mercredi 1er septembre. Pour ses funérailles, les autorités indiennes verrouillent la région : Internet est coupé et un couvre-feu a été déclaré. Le gouvernement central tente de garder la main serrée sur le Cachemire, dont l’autonomie partielle a été supprimée en 2019.

Avec notre correspondant à Bangalore, Côme Bastin

Pendant trois décennies, Syed Ali Shah Geelani a été la figure des indépendantistes dans cet État à majorité musulmane. Il a notamment dirigé l'alliance d’Hurryat, une coalition réclamant la sortie de l’Inde pour exercer le droit des Cachemiris à l'autodétermination.

Sous le gouvernement du nationaliste hindou Narendra Modi, il est devenu encore plus indésirable. Les partisans du Premier ministre lui reprochent d’avoir joué le jeu du Pakistan et se félicitent de sa mort. Plus modérée, l’ancienne ministre en chef du Cachemire Mehbooba Mufti vante sa « ténacité », même si elle ne partageait pas ses idées.

Apprécié quoi qu’il en soit d’une partie des Cachemiris, Syed Ali Shah Geelani est mort dans sa maison à Srinagar, à 92 ans. À l’annonce de la nouvelle, les autorités ont employé la manière forte de peur que ses funérailles ne réveillent la contestation.

Comme lors de la reprise en main musclée du Cachemire par le pouvoir central en 2019, Internet a été coupé et un couvre-feu a été instauré dans la région. D'après son fils, le corps du leader indépendantiste aurait même été enlevé de force par la police, à 3 heures du matin jeudi 2 septembre. Ce n’est qu'à 10 heures (heure locale) que la famille a pu se recueillir sur sa tombe. Aucune violence n’est à déplorer depuis son décès mercredi.

À lire aussi : Le Cachemire, tiraillé entre l'Inde et le Pakistan

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles