L’Inde interdit les exportations de blé, la “vague de protectionnisme alimentaire” se renforce

PHOTO RAJENDRA JADHAV / REUTERS

Nouvelle alerte sur le marché mondial du blé. Après le déclenchement de l’invasion de l’Ukraine par la Russie, deux pays qui représentent “près d’un tiers de la production mondiale”, le monde comptait beaucoup l’Inde. “Ce n’est plus le cas”, regrette le Washington Post.

New Delhi, deuxième producteur mondial de blé, a en effet annoncé vendredi 13 mai une interdiction des exportations de cette céréale. Une décision prise en raison de “menaces pour la sécurité alimentaire” du sous-continent indien, observe The Hindu.

Selon le quotidien indien, la décision prise par le gouvernement de Narendra Modi vise à protéger les besoins nationaux et à donner la priorité “aux voisins d’Asie du Sud pour faire face à la flambée des prix mondiaux du blé”. En 2021-2022, sur les 7 millions de tonnes de blé produites en Inde, près de 50 % avaient été exportées vers le Bangladesh, rappelle ainsi The Hindu.

La décision de New Delhi a pourtant marqué “un brusque revirement”, observe le Washington Post. Selon le quotidien américain, quelques semaines plus tôt, des responsables indiens et des experts internationaux avaient en effet évoqué la possibilité “que l’Inde augmente considérablement ses exportations pour combler le vide créé en partie par la guerre en Ukraine”. L’Égypte, premier acheteur mondial, avait récemment donné son feu vert aux importations de blé indien, précise Bloomberg.

Mais des vagues de chaleur sans précédent dans le nord, l’ouest et le centre de l’Inde “ont entraîné des pertes de rendement considérables cette année”, explique The Hindu dans un autre article.

Le pays vient de connaître le mois de mars “le plus chaud” jamais recensé et la production de blé a été amputée d’un quart dans certains cas, poursuit le Washington Post. Le gouvernement a rencontré des difficultés ces dernières semaines pour acheter du blé “pour son programme de banque alimentaire national”.

“Le monde commence à être très court en blé”

Selon Bloomberg, l’arrêt des exportations de blé indiennes met en évidence les préoccupations du pays “face à une inflation élevée” et vient renforcer la “vague de protectionnisme alimentaire” qui s’est levée depuis le début de la guerre en Ukraine :

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles