L’imam Iquouissen est « à l’étranger » mais pas en Belgique, estime son fils

Des policiers dans une rue où se trouve une maison appartenant à la famille d’Iman Hassan Iquioussen, à Lourches, dans le nord de la France, le 30 août 2022.
FRANCOIS LO PRESTI / AFP Des policiers dans une rue où se trouve une maison appartenant à la famille d’Iman Hassan Iquioussen, à Lourches, dans le nord de la France, le 30 août 2022.

FRANCOIS LO PRESTI / AFP

Des policiers dans une rue où se trouve une maison appartenant à la famille d’Iman Hassan Iquioussen, à Lourches, dans le nord de la France, le 30 août 2022.

FRANCE - Une fuite à l’étranger confimée. Après la disparition de l’imam Iquouissen, introuvable depuis la décision d’expulsion, approuvée par le Conseil d’État mercredi, les recherches se poursuivent.

Ce jeudi 1er septembre, son fils Soufiane se confie dans Le Parisien et assure que l’imam du Nord ne se trouve plus sur le territoire français. « Mon père est parti à l’étranger, ça, c’est évident ! », s’exclame-t-il au lendemain des déclarations de Georges-François Leclerc, préfet des Hauts-de-France, qui estimait que « le scénario privilégié est une fuite en Belgique ».

Mais pas de quoi convaincre le fils aîné de l’imam : « La Belgique, ça m’étonnerait ! ». Soufiane Iquouissen ajoute que son père est « polyglotte » et maîtrise « le français, l’espagnol, le marocain et le berbère ». De quoi laisser maintenir le doute quant à la localisation précise du prédicateur d’origine marocaine.

Une chose est sûre, Soufiane Iquouissen ne donnera aucune information, comme il l’a clairement exprimé au journal : « Même si je le savais, je ne le dirais pas ». D’ailleurs, Le Parisien cite une source proche du jeune homme qui estime que « Soufiane sait parfaitement où est son père ».

De son côté, l’avocate de l’imam assure également n’avoir « aucune nouvelle » de son client. Maître Lucie Simon, qui ne veut pas entrer « dans une chasse à l’homme », ajoute ne pas savoir « où il se trouve », mais remarque que « s’il a quitté la France, il a exécuté la décision d’éloignement ».

Darmanin se réjouit de la « fuite de l’islamisme radical »

Désormais inscrit au fichier des personnes recherchées (FPR), Hassan Iquouissen avait reçu une visite de la police mercredi après-midi à son domicile à Lourches, près de Valenciennes (Nord), afin de procéder à son interpellation en vue de son expulsion vers le Maroc.

Interrogé sur CNews ce jeudi 1er septembre à propos de la fuite de l’imam, le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a balayé toute polémique, préférant saluer « la fuite de l’islamisme radical ».

Le départ de l’imam, « c’est une très bonne chose, on devrait s’en réjouir », a ajouté le locataire de la Place Beauvau.

Sur le plateau de C à vous, mercredi soir, le ministre a aussi assuré que la France avait « pris des actes administratifs très importants pour l’empêcher de revenir, et s’il devait revenir, nous l’interpellerions comme un fugitif et nous le mettrons en centre de rétention administrative avant de l’expulser ». Cela avant d’affirmer que la Belgique interdirait dès jeudi à l’imam de se rendre en France.

À voir également sur Le HuffPost : Gérald Darmanin dans les pas de Nicolas Sarkozy

Vous ne pouvez visionner ce contenu car vous avez refusé les cookies associés aux contenus issus de tiers. Si vous souhaitez visionner ce contenu, vous pouvez modifier vos choix.

Lire aussi