L’homme va-t-il disparaitre à cause de son chromosome Y ?

L’homme va-t-il disparaitre à cause de son chromosome Y ?

Est-ce la mort annoncée de l’espèce mâle ? C’est en tous cas ce qu’affirme le Pr Jenny Graves, une chercheuse australienne de l’Université de Canberra, qui annonce la fin des hommes dans 5 millions d’années. Et par « hommes » comprenez bien l’espèce mâle. Car selon cette chercheuse, c’est la faiblesse du chromosome Y , le chromosome sexuel qui identifie les hommes XY des femmes XX, qui va les mener à une fin (pas trop) prochaine. Parmi les chromosomes, le chromosome X contient environ un millier de gènes, alors que le chromosome Y, qui est déjà sur le déclin, n’en contiendrait plus qu’une centaine, dont le fameux SRY qui permet de faire passer l’embryon au stade de « mâle ». D’après les calculs de la chercheuse australienne, ce déclin ne va cesser de se poursuivre et dans environ 5 millions d’années, ce sera l’extinction du mâle de l’espèce ! Pas de panique, messieurs ! D’autres chercheurs, dont le Pr Robin Lovell-Badge, de l’Institut pour le recherche médicale de Londres, affirment que le chromosome Y n’a plus perdu de gènes depuis plus de 25 millions d’années, ce qui tendrait à prouver que son déclin définitif n’est pas à l’ordre du jour. Quant au Pr Graves, elle a, elle aussi une bonne nouvelle à annoncer : selon elle, la nature ayant horreur du vide, lorsque le chromosome Y disparaîtra, un autre chromosome prendra sa place. Et l’on assistera à la naissance d’un nouveau genre dans l’espèce humaine.

Retrouvez cet article sur TopSante.com

Diabète : la qualité du sommeil influe sur la maladie
Allergies : seront-elles pires en 2013 ?
La méditation favorise la compassion
DMLA : les traitements anti cholestérol pourraient prévenir la maladie
Insolite : mâcher du chewing-gum booste vos neurones

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles