L’Homme a modifié le cerveau des chiens en créant les races

Nathalie Mayer, Journaliste

Du dogue allemand au chihuahua en passant par le terre-neuve et le shih tzu, le beagle, le husky et le border collie, il existe aujourd’hui une foule de races de chiens qui diffèrent en taille, mais aussi en caractère. Des chercheurs de l’université de Harvard (États-Unis) font pour la première fois la preuve que les interventions humaines ont modifié le cerveau des chiens qui partagent leur quotidien depuis des millénaires. « Cela montre à quel point les humains modifient le monde qui les entoure », remarque Erin Hecht, neuroscientifique à Harvard.

Les humains modifient le monde qui les entoure

Pour arriver à cette conclusion, les neuroscientifiques ont examiné les IRM des cerveaux de 63 chiens appartenant à 33 races différentes. Premier constat : la forme et la taille du cerveau varient d’une race à l’autre. Ainsi, le cerveau du lhassa apso apparaît rond et occupe une grande partie du crâne du chien. Celui du golden retriever est plus allongé et ne remplit pas tout l’espace.

Au-delà de ça, les chercheurs ont pu identifier des caractéristiques neuroanatomiques corrélées à différents comportements. Par exemple, les chiens de rapport — que les chasseurs utilisent pour chercher et rapporter le gibier tiré —, comme le golden retriever, semblent avoir développé un réseau dense dans les régions impliquées dans la vision, le mouvement des yeux et le déplacement dans l’espace.

Ici, un récapitulatif de quelques variations neuroanatomiques significatives entre les races de chiens. Les travaux des chercheurs de Harvard (États-Unis) devront être complétés pour inclure d’autres races de chiens. Ils devront aussi se pencher sur des chiens qui, plus que de "simples" animaux de compagnie, continuent à remplir les rôles pour lesquels ils ont été sélectionnés. © Erin Hecht, Université de Harvard

Mieux comprendre le cerveau humain

Finalement, en examinant les zones du cerveau présentant de fortes variations anatomiques, les neuroscientifiques sont parvenus à distinguer six réseaux...

> Lire la suite sur Futura