L’histoire de la Voie lactée se lit dans les nouvelles cartes de Gaia

La mission Gaia, rappelons-le, est destinée à mesurer les caractéristiques de plus de deux milliards d’objets dans le ciel. Avec l’espoir, pour les chercheurs, par exemple, d’enfin réussir à raconter la longue histoire de la Voie lactée. Une histoire qui se lit notamment dans ses étoiles. Dans la composition chimique de ses étoiles.

Les données photométriques et spectrométriques renvoyées par la mission Gaia permettent de déterminer la métallicité des étoiles. Les abondances en un élément donné sont obtenues grâce seulement à la spectroscopie. © Agence spatiale européenne
Les données photométriques et spectrométriques renvoyées par la mission Gaia permettent de déterminer la métallicité des étoiles. Les abondances en un élément donné sont obtenues grâce seulement à la spectroscopie. © Agence spatiale européenne

Car les étoiles qui sont nées les premières, après le Big Bang, ne peuvent contenir que des éléments légers. De l’hydrogène et de l’hélium. Les autres éléments — les éléments plus lourds que les chercheurs qualifient de « métaux » — n’ont vu le jour que plus tard. Ils sont en effet fabriqués au cœur des étoiles. Et libérés seulement lorsque celles-ci meurent. Ainsi, les astronomes considèrent-ils la composition chimique d’une étoile un peu comme son ADN. Une caractéristique qui leur permet de connaître son origine.

Cette carte montre les métallicités des étoiles de la Voie lactée mesurées par la mission Gaia. Les étoiles rouges sont les plus riches en métaux. Les étoiles bleues, les plus pauvres en métaux. © Gaia Data Release 3 : Chemical cartography of the Milky Way by Gaia Collaboration et al. 2022, CC by-SA 3.0 IGO
Cette carte montre les métallicités des étoiles de la Voie lactée mesurées par la mission Gaia. Les étoiles rouges sont les plus riches en métaux. Les étoiles bleues, les plus pauvres en métaux. © Gaia Data Release 3 : Chemical cartography of the Milky Way by Gaia Collaboration et al. 2022, CC by-SA 3.0 IGO

L’histoire de notre Galaxie dans l’ADN des étoiles

Les données de la mission Gaia — qui portent sur 6 millions d’étoiles, 10 fois plus que ce dont disposaient jusqu’alors les astronomes — montrent justement que certaines étoiles de la Voie lactée sont constituées de matière primordiale. D’autres — c’est le cas du Soleil, par exemple — sont enrichies en éléments formés dans des générations d’étoiles précédentes. Essentiellement celles qui se trouvent proches du centre et du plan de la Voie lactée.

Les données de la mission Gaia ont aussi permis d’identifier — toujours grâce à leur...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles