L’histoire de l’ARN messager et de son incroyable pouvoir vaccinal racontée par un chercheur

·2 min de lecture
The Conversation
The Conversation

Article de Jacques Augé, Professeur des universités en chimie, CY Cergy Paris Université publié dans The Conversation.

L’ARN messager (ARNm) est à la une de tous les médias depuis l’élaboration de vaccins anti-Covid d’une très grande efficacité en des temps records. Mais pour mieux comprendre ce qui se passe aujourd'hui, il faut rebrousser chemin et revenir à la genèse de cette découverte fascinante qui est longtemps restée à l'écart.

Dans les années 1980-1990, des chercheurs ont ainsi eu l’intuition que l’administration locale d’un ARNm pouvait être d’une grande utilité en cancérologie et en immunologie en induisant de façon ponctuelle la production d’une protéine active ou immunogène, et donc une réponse immunitaire, le principe de base de la vaccination.

Il est possible de faire rentrer ce type de molécule dans nos cellules, tout comme les séquences d’ADN (acide désoxyribonucléique) mais à l’inverse de ce dernier l’ARNm ne peut pas rentrer dans le noyau où réside le matériel génétique. De plus, l’ARNm est détruit rapidement dans la cellule – ce qui par ailleurs est une garantie pour un vaccin.

De nombreuses tentatives avaient été faites, mais la réponse inflammatoire était beaucoup trop forte.

De nombreux laboratoires, y compris parmi les plus prestigieux, n’ont donc plus porté beaucoup d’attention à l’utilisation de l’ARNm, molécule très fragile, préférant développer les techniques fondées sur l’emploi de séquences d’ADN.

Katalin Kariko, pionnière de l’ARNm

Des chercheurs isolés, sans beaucoup de moyens, se sont pourtant attelés à la tâche. C’est le cas de Katalin Kariko qui a débuté ses recherches sur l’ARNm en Hongrie jusqu’en 1985, puis a émigré aux États-Unis à l’âge de 30 ans. Elle a continué ses recherches à l’Université de Pennsylvanie, mais ses travaux intéressaient peu de monde et elle a eu beaucoup de difficultés pour trouver des financements. Par contre, elle avait une totale confiance en elle-même, en ses projets.

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles