“Dans l’histoire de l’archéologie sous-marine, les cas où on a trouvé des squelettes complets sont très rares”

·2 min de lecture

Docteur en corrosion marine et expert en conservation-restauration des métaux, Jean-Bernard Memet explique comment le phénomène de concrétion peut emprisonner les éléments d'une épave. D'après le Whydah Pirate Museum, les ossements du pirate Sam Bellamy auraient pu subir pareil traitement.

"Yo-ho-ho ! et une bouteille de rhum !" Fans d'histoires de pirates, vous êtes à la fête : . C'est du moins ce qu'a annoncé le Whydah Pirate Museum, établissement établi à Cape Cod sur la côte nord-est des Etats-Unis, et portant le nom du navire dudit pirate découvert en 1984, à 6 km des côtes. Selon le musée, les os auraient été conservés dans des "concrétions", des structures qui se forment au contact de métaux immergés. "Pour qu’il y ait concrétion il faut que tout autour de la personne il y ait des masses de fer" explique en effet à Sciences et Avenir Michel L'Hour, conservateur général du Patrimoine et membre du conseil scientifique et technique (STAB) de l'UNESCO. Les pirates dont on parle ici ont-ils été, au gré du naufrage, coincés entre des canons ? Etaient-il morts et déjà dans des cercueils métalliques ? Voire... porteurs d'armures ? Impossible pour l'heure de le dire. Mais nous avons voulu en savoir davantage sur la façon dont un métal, sous l'eau, peut englober un corps - ou un vestige archéologique - dans un mouvement qui le rend presque "vivant" selon le mot de Jean-Bernard Memet. Expert en traitement des métaux sous-marins et co-fondateur de la société A-Corros, actuellement impliquée avec le DRASSM (Département des recherches archéologiques subaquatiques et sous-marines), le Laboratoire d’Archéomatériaux et de Prévision de l’Altération du CEA de Saclay et l’Université de Pau et des Pays de l’Adour sur le programme "SOS épave", il répond ici aux questions de Sciences et Avenir.

Le cas du sous-marin Hunley

Sciences et Avenir : Est-il courant de trouver des squelettes dans des épaves ?

Jean-Bernard Memet : Non. C'est même extrêmement rare. C’est arrivé sur "La Boussole", l'un des deux épaves des bateaux de La Pérouse découvertes à Vanikoro aux large des îles Salomon. Sur le Vasa qui a coulé dès sa mise en l’eau en 1648 à Stockholm où un marin est resté coincé entre deux canons. Ou le sous-marin Hunley, retrouvé au large de Charleston, en Caroline du Su[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi