L’hôpital, grand oublié du débat présidentiel

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
REUTERS/Benoit Tessier
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Le débat présidentiel mercredi 20 avril entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron a fait le plein de sujets : pouvoir d’achat, international, écologie, retraites…Mais après la pandémie mondiale, qu’en est-il des hôpitaux et de la santé, grands brûlés de ces deux dernières années ?

11 avril 2022. La journaliste Anne Jouan publie dans Paris Match une enquête édifiante, révoltante et qui retrace le cri d’alarme des personnels soignants de l’hôpital public. Si l’article table sur la fermeture du service d’immunopathologie de Saint-Louis (Paris) faute de bras, il traite également d’autres problèmes majeurs, dans d’autres villes. Conclusion : l’hôpital public souffre partout en France, aux quatre coins de l’Hexagone.

Lire aussi :Hôpital : le Manifeste de Saint-Louis

Anne Jouan parle du CHU d’Orléans où « plus de 90% des paramédicaux sont en arrêt maladie », de Grenoble où les « urgences ferment par intermittence », Marseille, laquelle « cherche désespérément infirmiers, puéricultrices manips radio » ou encore Bichat où le « service de référence spécialisé dans les AVC est fermé à 80% ». Sans compter les contrats intérimaires, des soignants de plus de 70 ans, payées une misère – et c’est un euphémisme. D’après le directeur général opinion de l’Ifop Frédéric Dabi, la santé est le sujet le plus important pour les Français et ce depuis Septembre 2019. Or, il n’aura été que partiellement abordé lors du débat présidentiel mercredi 20 avril dernier.

Un échange... de cinq minutes

Et pour cause, il aura fallu attendre une heure dix pour que le sujet soit mis sur la table ; il durera finalement…cinq minutes ! Emmanuel Macron a été le premier à prendre la parole et défendre son bilan : « En 2018, j’ai mis fin à la baisse du tarif hospitalier, le numerus clausus, puis nous avons vécu la crise. » Il a ajouté, après avoir rendu hommage aux soignants (les mêmes qu’il a licencié et réprimé dans les rues) : « Nous avons investi plus de dix-neuf milliards d’euros dans nos hôpitaux et d’investissement dans les(...)


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles