A l’hôpital Béclère de Clamart, des intérimaires pour maintenir les urgences de nuit

Anissa Hammadi
Clamart, hôpital Antoine-Béclère

Les syndicats avaient alerté les élus sur une menace de fermeture du service à partir du 11 février, faute de médecins.


Ils envisageaient le pire. Dans un courrier daté du 23 janvier, les syndicats de personnels de l’hôpital Antoine Béclère (AP-HP), à Clamart, alertaient les élus du département sur le risque d’une « fermeture partielle des urgences » à partir du 11 février. « Faute de recrutement et d’attractivité, il n’y aura plus de praticien hospitalier pour assurer les gardes de nuit », écrivaient-ils.

Entre-temps, la direction des Hôpitaux universitaires Paris-Sud et les équipes médicales de l’hôpital se sont rencontrées plusieurs fois. L’AP-HP a fini par trouver une solution : faire appel à des médecins en intérim et à d’anciens urgentistes et des médecins volontaires en interne pour combler les trous des plannings.

« La continuité médicale est assurée avec une permanence médicale 24 heures/24 jusqu’à ce que les recrutements nécessaires de personnel médical soient réalisés » indique la direction.

« On ne va pas fermer, mais il faut trouver une solution pérenne »

« L’intérim représente un coût énorme, s’inquiète David Treille, du syndicat Sud Santé. Les médecins sont désabusés, car ils sont, eux, beaucoup moins bien payés. On ne va pas fermer, mais il faut trouver une solution pérenne. »

Le courrier, cosigné entre autres par les collectifs syndicaux CGT et Sud Santé, n’est pas resté lettre morte : des représentants du personnel seront reçus ce mardi après-midi par deux sénateurs du département, Pierre Ouzoulias (PCF) et Xavier Iacovelli (PS). La ville de Sceaux abordera aussi le sujet de « la pérennité de l’hôpital » lors de son conseil municipal, ce jeudi.

« Ce service est actuellement confronté à des problèmes de recrutement de médecins. Un effectif de 3 à 4 médecins urgentistes en renfort est recherché », reconnaît la direction, qui indique que « différentes mesures sont actuellement à l’étude afin d’améliorer l’attractivité » de l’hôpital et « désengorger le (...)

Lire la suite sur LeParisien.fr

Collision entre deux tramways de la ligne T2 à Issy-les-Moulineaux
Le roi de la rumba congolaise jugé pour des agressions sexuelles à Asnières
Essonne : les arbres en hommage à Ilan Halimi ont été sciés
Impact du bruit sur la santé: à Sèvres, les trains leur cassent les oreilles
Fondation d’art contemporain sur l’île Seguin : les travaux démarrent cet été