L’exécutif finlandais pour une adhésion «sans délai» à l’Otan, la Suède se décidera dimanche

La Finlande a annoncé, jeudi 12 mai, une décision historique. Par la voix de son président et de sa Première ministre, le pays – par ailleurs membre de l’Union européenne – a demandé d’adhérer à l’Otan sans délai. Avant même la guerre en Ukraine, le président russe Vladimir Poutine avait explicitement demandé à ce que ce pays voisin, ainsi que la Suède, ne rejoignent pas l’Alliance atlantique, « assurément » une menace pour la Russie, selon le Kremlin. Un ultimatum resté sans effet.

Avec notre correspondant à Stockholm, Frédéric Faux

Le communiqué de quelques lignes publié jeudi matin par le président Sauli Niinistö et la Première ministre Sanna Marin est sans équivoque : les deux responsables finlandais expliquent conjointement que la Finlande doit demander son intégration à l’Otan « sans délai », appelant implicitement à un vote du Parlement « dans quelques jours ».

Pour ce pays qui, après la Seconde Guerre mondiale, a vécu à l’ombre de l’Union soviétique pendant de longues décennies et qui partage 1 340 kilomètres de frontière avec la Russie, c’est une décision historique.

Mais pour Charly Salonius-Pasternak, chercheur à l’Institut finlandais des affaires internationales, c’est aussi l’aboutissement d’une évolution politique déjà ancienne : « Les Finlandais ont cessé d’être neutres avec leur entrée dans l’Union européenne en 1995, et en participant aux sanctions contre la Russie après 2014. Devenir membre d’une alliance militaire est un pas historique, mais c’est aussi très pragmatique. La Russie veut envahir un pays voisin, non membre de l’Otan, bien plus grand que la Finlande. Si la Russie peut faire ça, on ne veut pas se battre seul. »

Les sociaux-démocrates, le parti au pouvoir en Finlande, vont confirmer cette position samedi 14 mai. Et dimanche 15 mai, ce sera au tour des sociaux-démocrates suédois de se prononcer sur l’Otan. Les deux pays nordiques, qui collaborent déjà étroitement sur le plan militaire, pourront alors faire ensemble leur demande d’adhésion.

À lire aussi : En attendant l’Otan, Suède et Finlande cherchent des assurances de protection

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles