« L’Europe, la Chine et les droits des travailleurs »

L'Union européenne gagnerait à plus s'affirmer face à la Chine dans ses rapports commerciaux.  - Credit:DURSUN AYDEMIR / ANADOLU AGENCY / Anadolu Agency via AFP
L'Union européenne gagnerait à plus s'affirmer face à la Chine dans ses rapports commerciaux. - Credit:DURSUN AYDEMIR / ANADOLU AGENCY / Anadolu Agency via AFP

L'Union européenne a pu mesurer son impuissance et ses naïvetés lors des crises financière et sanitaire qui l'ont tétanisée, comme des bouleversements énergétiques et diplomatiques qui l'ont fracturée.

Chaque fois, pour répondre à l'urgence, elle a dû violer ses textes, ses dogmes, ses réflexes : plans de sauvetage des banques préparés par les États eux-mêmes, alors que les aides directes, publiques et nationales aux entreprises sont prohibées par les Traités ; commande commune de vaccins et financement d'achats d'armes à l'Ukraine, sans en avoir les compétences juridiques. Passons sur le grand bazar dans lequel tout cela fut improvisé.

À LIRE AUSSIQuand la Chine se réveilleL'Union européenne s'est construite sur des principes libéraux érigés en théologie, en lesquels elle croit, mais seule : ouverture des marchés sans exigence de réciprocité ; limitation des déficits, condamnation de toute politique industrielle par filière, tabous de la notion de « champion national » comme du « patriotisme économique », sans considération de ce que font ses concurrents, comme de nos exigences sécuritaires et environnementales ; ignorance, jusqu'à l'idée même, de la tragédie de nos dépendances économiques dans les secteurs stratégiques. Elle fait payer aux Européens son incurie dans l'inflation et la course dispendieuse aux fournisseurs d'énergie les moins respectueux de ses principes, après, de surcroît, s'être volatilisée en intérêts concurrents.

À armes inégales

Manquant [...] Lire la suite